Dimanche 17 Juin, 2018

Toyota, grand bénéficiaire de la crise du diesel en Europe

Toyota 
AFP/Archives / SAUL LOEB

Toyota AFP/Archives / SAUL LOEB

Genève, 5 mars 2018 (AFP) - Inquiets des projets d'interdictions qui menacent les motorisations diesel dans plusieurs villes, les automobilistes européens se reportent massivement sur des véhicules hybrides, pour le plus grand bénéfice de Toyota, pionnier et leader de ces technologies.

Le groupe japonais, troisième constructeur mondial, a annoncé lundi à Genève, à la veille de l'ouverture du salon automobile, qu'il cesserait cette année de vendre en Europe des voitures particulières motorisées en diesel. Elles ne représentaient plus que 15% de ses ventes sur le continent en 2017.

Toyota, avec 4,5% du marché, reste un acteur secondaire en Europe, mais la crise du diesel donne des ailes au spécialiste de l'hybride.

L'an dernier, il a connu l'une des plus fortes progressions dans l'UE. Ses immatriculations, en hausse de 14%, ont augmenté trois fois plus vite que le marché (+3,4%).

"Depuis l'été dernier, on voit des gens en concession qu'on ne voyait pas avant et qui ont toujours roulé en diesel", se réjouit Sébastien Grellier, directeur des relations publiques de la marque pour la France, son deuxième marché en Europe derrière le Royaume-Uni.

Toyota est porté par l'envol des ventes de ses modèles hybrides (+45% l'an dernier en Europe). Ces motorisations mixtes essence-électrique représentent désormais quatre immatriculations sur dix de la marque en Europe, et même six sur dix en France.

Le système, que le constructeur fut le premier à industrialiser il y a 20 ans, a déjà équipé 11,5 millions de ses véhicules dans le monde, dont 1,5 million sur la seule année 2017, objectif qu'il avait prévu d'atteindre en 2020.

Cette technologie consiste à ajouter un moteur électrique au moteur essence, pour prendre le relais lors des phases d'accélération, et abaisser ainsi les consommations et émissions de CO2 d'environ 10 à 20%, pour un coût comparable à celui d'un diesel.

Mises en cause pour leurs rejets polluants (particules fines et oxydes d'azote), les motorisations diesel voient leurs ventes chuter en Europe, où les politiques publiques pro-diesel ont cessé depuis l'affaire des moteurs truqués de Volkswagen, révélée en 2015.

"De nombreux acheteurs en Europe passent du diesel à l'hybride et Toyota est la première alternative car ils ont la gamme hybride la plus étendue", explique Felipe Munoz, expert automobile de Jato Dynamics.

D'autres constructeurs ont suivi, "comme Suzuki ou Kia, mais Toyota a été le premier et a concentré tous ses efforts à développer et à positionner la technologie comme une bonne alternative" au diesel, poursuit M. Munoz.

Fin 2016, Toyota a aussi lancé un SUV (4x4 urbain) compact, le CHR, qui connaît un succès considérable sur un segment très porteur.

Les ventes de ce modèle en Europe sont aujourd'hui à plus de 90% en hybride, affirme la marque. Le "succès énorme" de ce véhicule est la première raison de l'envolée des ventes européennes de Toyota, selon M. Munoz.

Les ventes de véhicules 100% électriques, dont Renault, Nissan, Tesla et BMW sont leaders en Europe, profitent aussi du déclin du diesel, mais à des niveaux inférieurs pour l'instant. Le manque d'infrastructures de recharge et l'autonomie encore limitée des véhicules en réduisent encore l'attrait.

"S'il y a un constructeur qui a profité du +dieselgate+, c'est bien Toyota", assure Ferdinand Dudenhöffer, directeur du Center Automotive Research, basé en Allemagne. Il souligne que les constructeurs européens avaient pendant longtemps totalement misé sur le diesel pour réduire les émissions de CO2, sans développer d'alternative.

Mais, pour lui, Toyota "profite aujourd'hui de ses succès du passé" et ne fait plus la course en tête sur l'innovation technologique.

Selon M. Dudenhöffer, "l'hybride léger 48 volts" qui consiste à épauler un moteur thermique avec un puissant alternateur-démarreur, permet désormais de réduire les consommations et émissions de CO2 pour un coût inférieur à l'hybride. De nombreux concurrents, comme Renault et Volkswagen, y ont recours, mais pas Toyota.

Le premier constructeur japonais est aussi devancé par ses rivaux Renault et Nissan sur les véhicules 100% électriques qui devraient dépasser les ventes d'hybrides au cours de la prochaine décennie. Mais Toyota a annoncé s'y intéresser sérieusement et assure qu'il profitera pour cela de son expérience sur les batteries acquise grâce aux hybrides.

aro-ys/fjb