Samedi 23 Juin, 2018

Tony Vernio: « Je suis un maire sans argent, mais j'ai de la dignité »

Crédit photos: Mairie de Port-de-Paix / Son entrevue: Kepsen Monestime / Texte: Raoul Junior Lorfils

Crédit photos: Mairie de Port-de-Paix / Son entrevue: Kepsen Monestime / Texte: Raoul Junior Lorfils

Décédé le 22 mai 2018 dans un accident de la circulation survenu dans sa commune, l’ex élu de Port-de-Paix (Nord-Ouest, Haiti), Tony Vernio, clamait toujours haut et fort qu’il était un homme « honnête ».

« Je suis un maire sans argent », a-t-il confié à Loop Haiti, lors de son dernier grand entretien accordé le 2 mai. « Mais j’ai de la dignité, de la moralité. Et quant à l’honnêteté, je l’ai dans la poche, dans ma vie », a insisté le maire assesseur dont la commune de Port-de-Paix et plusieurs entités de la vie nationale pleurent le départ.

Le parti politique Fusion des sociaux-démocrates haïtiens (FUSION) sur la bannière duquel il est élu maire, dit regretter le départ subit du maire assesseur, un homme en qui le parti voyait un « compatriote dynamique ».

« Tony nous a quitté trop tôt, mais ses idées lui survivront, son engagement et son dévouement continueront d’être pour nous ses camarades de la Fusion et aussi pour toute la communauté de Port-de-Paix, une source d’inspiration », dit FUSION.

Une grande perte pour la commune de Port-de-Paix

Dans une note de presse, le Ministère de l’intérieur et des collectivités territoriales (MICT), s'est dit choqué par le caractère tragique entourant le décès de cet homme et considère sa mort comme une grande perte.

En même temps, le MICT lance un appel au calme suite aux mouvements de tensions ayant suivi l’accident qui a couté la vie à Vernio.

Depuis sa mort, la mairie est dysfonctionnelle. De nombreux employés sont restés chez eu, attendant une déclaration des deux maires, le maire principal, Josué Alusma et le maire assesseur, Yanick Auguste.

Au niveau de la population locale, des citoyens exigent des explications. Plus d’un estiment « intriguant » que le maire Vernio soit le seul tué dans l'accident de l'engin lourd qui transportait trois passagers, dont le maire principal, Josué Alusma (qui pilotait le tracteur), qui n’avait pas de très bons rapports avec le défunt.

 

D’ailleurs, depuis l’accident, plusieurs sources rapportent que ce dernier (Josué Alusma) est en cavale, craignant des représailles de la part des sympathisants du feu maire assesseur.

Le maire Tony Vernio dénonçait, dans sa dernière entrevue de 38 minutes enregisté le 2 mai, le manque de leadership chronique et la mauvaise facon de faire qui siégeaient au sein du conseil municipal dont il était membre.

Tony Vernio dénoncait ce qui n'allait pas

Le maire Vernio, ancien journaliste très connu dans le Nord-Ouest, dénonçait aussi, en tant qu'élu, le fait que le maire principal, Alusma, très controversé, était pratiquement le seul à avoir le contrôle de tout ce qui se passe et qui se fait au niveau du Conseil pourtant constitué de trois membres.

Mais par-dessus tout, il indexait une certaine culture adoptée dans la vie politique dans le pays. Par exemple, soulignait-il, en Haiti, à partir du moment où un homme ou une femme se déclare candidat, il/elle doit déjà avoir beaucoup d’argent pour assurer son élection.

De l'argent, il n’en avait pas et cela lui a fait perdre des compagnons. « Je n’en ai toujours pas », a-t-il soutenu, le 2 mai, 20 jours avant d’être parti pour l'au-delà. « Mais j’ai de la dignité, de la moralité. Et quant à l’honnêteté, je l’ai dans la poche, dans ma vie ».

Ecoutez ici la version intégrale de l’entrevue.