Mardi 15 Octobre, 2019

TIAR: Haïti vient d'adopter une autre résolution contre Nicolas Maduro

A l'OEA, les pays membres du TIAR lors de l'adoption de la résolution contre le régime de Maduro mercredi dernier.

A l'OEA, les pays membres du TIAR lors de l'adoption de la résolution contre le régime de Maduro mercredi dernier.

Mercredi 11 septembre, au siège de l’Organisation des États-Américains (OEA), 12 pays ont voté une résolution consistant à convoquer une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres du Traité interaméricain d’assistance réciproque (TIAR) afin de prendre des mesures, vers mi-septembre (en marge à l’ouverture de l’Assemblée générale des Nations-Unies), contre Nicolas Maduro.

Après avoir voté en janvier contre le régime de Nicolas Maduro lors de la réunion du Conseil permanent de l’OEA, Haïti vient d'adopter, avec plus d'une dizaine d'autres Etats, une autre mesure contre le chef d'Etat vénézuélien. En effet, Haiti figure parmi les pays qui ont adopté ce mois-ci une résolution en vue de convoquer une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres du Traité interaméricain d’assistance réciproque (TIAR) afin de prendre des mesures contre Nicolas Maduro.

Cette résolution bénéficie également du support de l'Argentine, le Brésil, les Etats-Unis d'Amérique, le Guatemala, le Honduras, la République Dominicaine, le Chili, El Salvador, la Colombie. Le ministre haïtien démissionnaire des Affaires étrangères, Edmond Bocchit a, par ce vote, fixé clairement la position d’Haïti sur la crise vénézuélienne.

En effet, les pays membres du TIAR estiment que la crise au Venezuela a un impact déstabilisateur et représente une menace évidente pour la paix et la sécurité dans le continent américain. Le gouvernement du président Nicolas Maduro est accusé d’être de complicité avec des narcotrafiquants, mettant en danger les voisins colombiens, par exemple.

« Le TIAR n’est pas simplement un accord d’action militaire, c’est un accord d’action collective contre les menaces à l’insécurité, selon les déclarations du ministre colombien des Affaires étrangères. Selon lui, le pouvoir de Maduro héberge des terroristes. 

Lors de la réunion du TIAR (autour de la question vénézuélienne) prévue ce mois-ci à New York, les États membres pourraient décider d’endurcir les mesures contre Maduro en envisageant par exemple de couper les relations diplomatiques et économiques, de décréter un blocus maritime ou aérien, sans oublier le recours aux forces militaires.

À noter que cinq pays ont fait abstention lors de cette séance de vote. Il s'agit du Trinidad and Tobago, de l'Uruguay, du Costa-Rica, du Panama et du Pérou). Un seul s’est absenté: les Bahamas, ravagées en début de ce mois de septembre par l’ouragan Dorian.

Le TIAR, connu aussi sous le nom de « Traité de Rio » (une sorte d’OTAN américain ouvrant la voie à une intervention militaire) est un accord signé en 1947 (avant la fondation de l’OEA) et qui regroupe 17 pays adhérents. En 2013, avec Hugo Chavez, le Venezuela s’était retiré de ce traité. Ce n'est qu'en juillet dernier que Juan Guaido a facilité la réintégration du pays dans ledit cercle..

(Source : Haïti Libre)

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :