Mercredi 18 Septembre, 2019

Suphia Bernavil portée disparue en République Dominicaine

Suphia Bernavil/ Photo fournie par la famille de la disparue

Suphia Bernavil/ Photo fournie par la famille de la disparue

Depuis la mi-août, la famille Bernavil est sans nouvelle de sa fille Suphia, partie vivre en République dominicaine depuis deux ans. Son téléphone portable, laissé derrière elle, recèle d’indices que les autorités dominicaines refusent d’exploiter. Si des autorités haïtiennes en terre voisine se sont intéressées à l’affaire, des réponses concrètes peinent encore à venir.

Suphia Bernavil est partie de son domicile à La Caoba Manzana le lundi 12 août 2019. La jeune haïtienne de 31 ans était partie s’inscrire à un cours d’Imagerie médicale à l’École technique des sciences de la Santé de Santo Domingo (Escuela Tecnica y Ciencias de la Salud). Depuis, sa famille est sans nouvelles. L’École technique des sciences de la Santé de Santo Domingo confirme que la jeune femme s’est effectivement inscrite ce jour-là en compagnie d’une autre jeune haïtienne.

Contactée par la Rédaction de Loop Haïti, Gerna Bernavil, sœur ainée de la disparue, retrace le périple auquel elle se livre en République dominicaine depuis 17 août 2019.

Devant les difficultés de se procurer un visa dominicain, Gerna ne s’est rendu en République dominicaine que 5 jours après la disparition. S’étant rapidement rendue à la Direction centrale d’investigation de la police dominicaine pour rapporter la disparition de sa cadette, elle s’est heurté à l’indifférence des policiers qui la laissent entendre que sa sœur se serait simplement fuguée avec un amoureux.

 

Alors, la dame insiste, sans succès, pour expliquer à ses interlocuteurs que sa sœur est en de très bon terme avec sa famille et que, si elle avait un amoureux, elle n’aurait aucunement besoin de fuguer. Les autorités policières sont restées de glace. Il a fallu que Sophia Bernavil, jumelle de Suphia, qui vit au Chili, entre en contact avec un pasteur, qui à son tour, les a mis en contact avec une policière dominicaine pour que le signalement de la disparition soit accepté au bout de 4 jours de démarches, soit le 21 août.

Après avoir signalé sa disparition, accompagnée de la policière, Gerna s’est rendu, le même jour, dans huit centres hospitaliers de la ville et à la prison civile des femmes. Suphia n’a été retrouvée dans aucun des registres.

Des indices et un suspect mais la Police dominicaine hésite

Suite au signalement de la disparition, Gerna a reçu une autorisation de la Police judiciaire dominicaine l’autorisant à demander au service d’urgence de la Police (911) de réviser les images des caméras de surveillance de l’Ecole technique des sciences de la Santé et celles des environs. La requête demande de réviser et les caméras des entreprises privées, et les caméras de sécurité publique.

Le service d’urgence de la Police dit ne pas avoir reçu la version électronique de l’autorisation de la Police judiciaire et refuse de réviser les caméras.

En fouillant la maison, Gerna est tombée sur un message vocal, laissé par un homme de nationalité haïtienne, épris de la jeune femme, lui donnant rendez-vous à un stand de crème glacé le jour même de sa disparition. Gerna est retournée auprès des autorités policières pour les faire écouter le message, qui a été traduit par l’agent de Police qui l’accompagne. La Police affirme cependant qu’il lui faut un traducteur assermenté assurer pour le suivi.

Une annonce de la disparition de Suphia circulait sur WhatsApp depuis environ une semaine avant, soit depuis le 4 août. La voix identifiée par Gerna serait celle d’une colocataire de l’homme qui a donné rendez-vous à Suphia le jour de sa disparition. Ce dernier a proféré des menaces à l’endroit de la jeune femme à maintes reprises, il est également suspecté d’avoir créé un faux compte Facebook au nom de Suphia en avril 2019 pour tenter de détruire la réputation de cette dernière.

L’autorisation de la Police judiciaire demande aussi au commissariat du comté d’interpeller le présumer suspect, de confisquer son téléphone portable pour enquête. Cependant le poste de Police saisi, proche de La Caoba Manzana, soutient que le suspect habite en dehors de sa juridiction.

Devant l’hésitation des autorités policières, Gerna s’est finalement résolu à se tourner vers l’ambassade d’Haïti en République dominicaine 23 jours après la disparition de Suphia, soit le 4 septembre. Elle a fourni des copies de l’ensemble des documents en sa possession. Depuis, elle espère des réponses.

La famille Bernavil appelle à l’aide. Elle appelle les autorités haïtiennes, les organisations de défense des droits humains, les organisations de défense des droits des migrants et les organisations de solidarité haitiano-dominicaine à tout mettre en œuvre afin qu’une enquête réelle soit ouverte sur la disparition de sa fille Suphia Bernavil.

Si vous avez des informations pertinentes sur la disparition de Suphia Bernavil, vous êtes prié de contacter sa famille aux numéros suivants : 809 608 2742 / 829 604 9285 / 829 916 8225 / 809 66 6642

Alexandre Michel

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :