Samedi 15 Juin, 2019

Stravensky, à Berlin pour un grand concert de musique classique

Le violoniste Stravensky Debrosse participera aux cotés de ses pairs musiciens dominicains au prestigieux festival Young Euro Classic qui se déroulera à Berlin du 19 juillet au 4 août 2019.

Le violoniste Stravensky Debrosse participera aux cotés de ses pairs musiciens dominicains au prestigieux festival Young Euro Classic qui se déroulera à Berlin du 19 juillet au 4 août 2019.

L’Orchestre Symphonique Juvénile de la République Dominicaine où figure Stravensky Debrosse, talentueux et jeune violoniste haïtien, participera au prestigieux Young Euro Classic qui se déroulera du 19 juillet au 4 août 2019 à Berlin, la capitale allemande. Portrait.

Mardi 12 janvier 2010, Haïti est touché par un puissant séisme Bilan : au moins 200, 000 morts. Stravensky Debrosse, 20 ans, quitte une capitale entièrement détruite pour s’installer en République Dominicaine. Le jeune gamin a refusé de diluer son rêve de devenir musicien classique dans le désespoir, embrasse au pays voisin une carrière prometteuse de violoniste jusqu’à tailler courageusement une place au sein de l’Orchestre Symphonique Juvénile.

2017, Stravensky Debrosse s’est dit ému de se retrouver derrière la caméra de Richard Senecal. Le documentaire « Le violoniste », tournée pendant 4 ans, sélectionné en 2018 au Festival du Film Francophone d’Angoulême où il a reçu un standing ovation suite à un concert, suit l’incroyable parcours de ce jeune compatriote qui s’est vaillamment battu dans un pays où la loi migratoire durcit la haine et l’animosité entre les deux peuples. Parfois même la violence.

 Stravensky sent être, parfois, ballotée par des vents contraires. « Il y a eu des péripéties. J’ai connu des hauts et des bas. Parfois, je ne trouvais pas de professeurs pour étudier ou que je n’avais pas de moyens pour les payer ».

Il vient d’une île où étudier la musique classique est un luxe, où s’acheter un violon est un casse-tête, où les salles de spectacle sont inexistantes, où l’État ne subventionne pas la culture et les artistes.

« Si ma mère avait pris cinq minutes de son temps pour penser à quel point la musique classique est importante pour moi, je ne pense pas que j’en serais là aujourd’hui », souffle Stravensky, bien intégré à Santiago où il vit.

Il a débuté son apprentissage de la musique avec un violon de 100$ us. « J’ai été à une école en Haïti où on l’enseigne, mais je n’ai pas réussi à jouer du violon. Là-bas, on considère tout cela comme étant plutôt luxueux ».  Stravensky n’a pourtant pas baissé les bras. Retroussant ses manches, suant sang et eau, il a préféré consacrer des heures d’étude aux pieds de quelques généreux professeurs dominicains.

Aujourd’hui, du haut de ses 29 ans, il foule quasiment toutes les scènes classiques dominicaines, participe dans de grands évènements avec de prestigieux orchestres dont l’Altos del Chavon (un des plus importants de la caraïbe), se frotte avec des artistes dominicains très connus dont Ninni Caffaro, Mari Dalia Hernandez. À la cathédrale Primada de las Americas, une des premières du continent américain, Stravensky a gratifié d’un concert fabuleux à cette cathédrale nichée au cœur de Santo Domingo et classée patrimoine de l’UNESCO.

En 2018, la Fondation Zile, très impliquée dans les questions migratoires entre les deux nations, l’a octroyé le prix Diaspora de la Jeunesse.

Aux côtés de ses pairs musiciens dominicains, Stravensky est attendu à Berlin où il participera du 19 juillet au 4 août au prestigieux festival Young Euro Classic

 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :