Mardi 17 Septembre, 2019

Singing Rooster : «?Ouvrir une fenêtre internationale pour le café haïtien?»

En écoulant le café haïtien sur le marché international, la compagnie Singing Rooster se donne aussi une forme de responsabilité sociale qui passe par l'investissement dans le reboisement et l'appui des associations de paysans.

Débarqué en Haïti en 2008, le missionnaire Christophe Nicaise a voulu proposer une autre forme d’aide au développement, en alternative aux interventions des ONG. «?Nous avons décidé d’accompagner les planteurs dans la production du café pour l’exportation aux USA?», raconte Fedner Exantus, coordonnateur de Singing Rooster pour Haïti. Le projet a démarré en 2009, dans le département de l’Artibonite, avec un objectif bien plus ambitieux sur le long terme : ouvrir une fenêtre internationale pour le café haïtien.

«?Nous sommes tenus à ce que notre café provienne de notre terre, Haïti »  souligne Jessica Laporte, responsable de vente. Le café vert est produit en altitude entre 800 et 1000 mètres dans plusieurs régions du pays : Thiotte, Seguin, Artibonite, Cayes, au gré des saisons.  Puis, il est torréfié en marron moyen ou marron foncé aux USA, vendu en grain ou moulu. C’est un café labellisé bio, qui satisfait aux normes sanitaires, dont la variété des grains lui donne une saveur profonde et un arome fort qui le distinguent du café de la Colombie, de Guatemala ou du Brésil.

Le premier défi pour Singing Rooster: établir une clientèle aux USA. Mais monsieur Fedner Exantus, technicien agricole  rassure : «?Notre café est de bonne qualité et très demandé. Nous n’avons pas peur des concurrents?». «?C’est tout un réseau de clients, des membres de la diaspora, des missionnaires qui avaient l’habitude de venir en Haïti, ils se réjouissent de trouver  le café haïtien à leur portée aux USA. Avant, quand ils reviennent d’Haïti, ils achètent beaucoup de café,?» souligne Jessica Laporte.

L’autre grand problème était de trouver la quantité de café nécessaire pour répondre à la demande grandissante des clients sur le marché international. Car les longues périodes de sécheresse, les maladies affectent la production du café en Haïti. Singing Rooster crée un lien plus intime avec les producteurs. «?Nous travaillons avec les associations dans la formation des paysans par des agronomes. Nous engageons beaucoup de dépenses, certes, mais il est important pour nous d’avoir une bonne récolte.?»

À partir  de 2014, la compagnie a commencé à torréfier et à vendre le café en Haïti sous le label créole «?kafe kòk ki chante?». Le café est arrivé au Canada en 2015. Les activités de Singing Rooster ont alors un double impact sur l’économie nationale. D’abord, en s’approvisionnant des matières premières du terroir haïtien, elles font augmenter directement les revenus des paysans. De plus, les églises épiscopales et catholiques aux USA qui achètent le café pour la revente consacrent une partie de leur profit pour supporter des projets caritatifs en Haïti. 

Selon ce qu’a confié monsieur Exantus, «?sur chaque sachet de café vendu, l’entreprise met de côté une marge de $2 pour appuyer les réseaux d’associations de producteurs de café.?» Singing rooster s’investit ainsi dans la formation et l’achat d’équipement et d’outils. «?Nous sommes une entreprise, notre activité doit être rentable pour continuer à exister. Aussi, nous avons des responsabilités sociales.?»

La plus grande œuvre sociale de Singing Rooster en Haïti reste le reboisement, notamment des zones qui gardent des plantations de café. « Nous sommes conscients que nous devons préserver les arbres pour que la pluie continue à tomber, reconnait madame Jessica Laporte. Nous savons que nous ne pouvons pas seulement puiser nos profits de la terre, nous devons l’enrichir aussi, pour créer une vie meilleure.?»

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :