Jeudi 21 Novembre, 2019

Séisme du 6 octobre : 1 428 maisons touchées à Pilate (UNACOP)

Plus de 50% des bâtiments du Grand Nord sont révélés vulnérables en cas de séisme, selon une étude conduite par le PNUD après la catastrophe du 12 janvier sur la demande du ministère de l’Intérieur

Plus de 50% des bâtiments du Grand Nord sont révélés vulnérables en cas de séisme, selon une étude conduite par le PNUD après la catastrophe du 12 janvier sur la demande du ministère de l’Intérieur

Deux organisations de la commune de Pilate, dressent un bilan du tremblement de terre du 6 octobre dernier qui a secoué le grand Nord. Selon « Tèt Kole pou Rivyè Lapòt ak Joli et l’Unité pour une Action Concrète à Pilate (UNACOP) », en conférence de presse hier mardi 23 octobre, ce sont 1 428 maisons qui ont été touchées, 1 290 gravement endommagées et 138 entièrement détruites.

Les deux organisations locales qui ont dirigé l’étude technique et réalisé le travail d’évaluation avec le soutien de la mairie de Pilate relate que la zone de Ravine Trompette, troisième section communale, est la plus frappée, d’après l’ingénieur Henri Claude Auguste.

Sur ces 1 428 maisons répertoriées, 833 sont à Pilate où plus d’une centaine ont été entièrement détruites. L’école Notre-Dame de Grâce de la paroisse Saint-Albert le Grand figure parmi ces bâtisses, révèlent l’enquête. En outre, 90 maisons dont une détruite ont été recensées à Rivière-Laporte, 210 autres dont deux complètement détruites ont été identifiées par UNACOP. À la première section de Ballon et au Centre-ville, 128 maisons ont été touchées : 108 endommagées, 20 détruites complètement. Pour Margot, l’on a recensé 57 maisons touchées et à Baudin, 69. À Dubourg, seulement 7 maisons ont été endommagées.

Les organisations, face à cette situation, plaident pour une meilleure approche des aides humanitaires destinées à Pilate. Suite au cyclone Jeanne (2004) et au tremblement de terre de 2010, la situation ne s’est pas améliorée en dépit du flot d’aides offertes par plusieurs organisations caritatives. Ce dont Pilate a durablement besoin, ce ne sont pas des kits, mais la relance de la production agricole.

Rappelons aussi que suite au tremblement de terre du 12 janvier, c’est plus de 50 % des bâtiments du Grand Nord qui sont révélés vulnérables en cas de séisme, selon une étude conduite par le PNUD, sur la demande du ministère de l’Intérieur. Cette étude portait sur l’évaluation des risques, de la vulnérabilité du bâti et des infrastructures.

Source : Le National

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :