Mardi 19 Juin, 2018

[URGENT] Scandale Oxfam : Haiti va ouvrir une enquête

Le gouvernement haïtien a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête pour faire la lumière sur les accusations d'exploitations sexuelles dont se seraient rendus coupables en 2011 des membres de l'organisation britannique Oxfam dans ce pays de la Caraïbe.

"L'État haïtien tient à faire toute la lumière sur cette question et à trouver les responsables, ceux qui sont impliqués dans cette affaire et que, s'ils sont trouvés coupables, soient punis conformément à la justice" a déclaré le ministre haïtien des Affaires étrangères Antonio Rodrigue.

Les représentants de l'ONG Oxfam en Haïti avaient été convoqués par les autorités haïtiennes ce jeudi, mais la rencontre a finalement été reportée à la semaine prochaine.

"On a jugé bon de reporter cette réunion à cause de l'absence du ministre de la Planification. Le directeur pays d'Oxfam est aussi en voyage et, aussi, le directeur d'Oxfam pour les Amériques et les Caraïbes compte venir pour rencontrer les autorités haïtiennes" a précisé M. Rodrigue aux journalistes présents.

Selon une enquête du Times publiée vendredi dernier, des groupes de jeunes prostituées étaient invités dans des maisons et des hôtels payés par Oxfam en Haïti. Une source citée par le quotidien britannique dit avoir vu une vidéo d'une orgie avec des prostituées portant des T-shirts d'Oxfam.

Quatre employés ont été licenciés et trois autres ont démissionné avant même la fin de l'enquête interne lancée en 2011, a assuré l'ONG.

Le gouvernement haïtien critique déjà vertement le comportement de l'organisation qui, à l'époque, n'a pas averti les forces de l'ordre du pays.

"C'est un manquement à leurs obligations. En tant qu'ONG présente dans le pays, les règles sont claires: elles sont tenues de respecter les lois du pays mais également d'informer les autorités de tout ce qui est susceptible de constituer une information importante pour le pays et pour le gouvernement" a souligné le ministre des Affaires étrangères qui, comme tous les responsables du pays, a découvert les faits par voie de presse.

La révélation du scandale au cours du week-end a choqué le président haïtien qui a dénoncé lundi soir sur Twitter "une violation extrêmement grave de la dignité humaine".

"Il n'y a rien de plus indigne et malhonnête qu'un prédateur sexuel qui utilise sa position dans le cadre de la réponse humanitaire à une catastrophe naturelle pour exploiter les personnes nécessiteuses dans leurs moments de grande vulnérabilité", a ajouté Jovenel Moïse.

La rédaction avec AFP