Mardi 15 Octobre, 2019

Savez-vous quel héros historique est sur les billets de 50 gourdes ?

Les  billets de 50 gourdes à l'effigie du Général Capois La Mort

Les billets de 50 gourdes à l'effigie du Général Capois La Mort

Dans notre rubrique « Que vous rappelle cette date ? », la  rédaction revient sur le glorieux parcours militaire d’un héroïque homme, d’un brave combattant enfoui dans un coin de notre mémoire collective. Il fut tué dans une embuscade un 10 octobre. Ce mardi a ramené le 211e anniversaire (1806-2017) de sa mort.

Ici, on aime souvent lâcher à quelqu’un qui aurait fait preuve de bravoure, de courage infaillible et d’héroïsme  dans l’ordre de ses actes et ce, malgré les embûches : «  Capois La Mort, êtes-vous ? » (Kapwa Lamò ou ye).  Au cas où vous ne vous en rendiez pas compte, les billets de 50 gourdes,  en circulation sur toute l’étendue du territoire, sont à l’effigie de ce valeureux combattant, de son vrai nom François Cappoix, qui fut un officier de l’armée révolutionnaire haïtienne.

Il est connu pour son courage hors du commun et sa force digne de Shango dont il avait fait montre lors de la bataille de Vertières. Un épisode au cours duquel  le général français, Vicomte de Rochambeau et commandant de l’armée de Napoléon à Saint-Domingue, bluffé, avait appelé à un bref cessez-le-feu pour féliciter ce génie militaire.

François Cappoix (1766–1806) était officier haïtien durant la Révolution (1791-1794) qui mena à la libération de St Domingue du joug colonial et esclavagiste français. Né à Port-de-Paix sur la riche plantation de Laveaux/Lapointe, François Cappoix tenait son patronyme de la transformation du nom Cappouet, le propriétaire de la plantation. Alors âgé de 27 ans, il débute sa carrière militaire en 1793, deux années après le début de la Révolution haïtienne. 

L’un des plus hauts faits d’armes de François Cappoix, grâce auquel son nom est retenu par la postérité, est sans conteste la Batailles de Vertières. Cette dernière grande bataille de la Guerre d’indépendance haïtienne marquera le combat final de la Révolution haïtienne sous le leadership de Jean-Jacques Dessalines. Le 18 novembre 1803, Dessalines, futur empereur d’Haïti, ordonna à ses troupes de prendre le fort de Vertières. Cappoix, à la tête d’une demi-brigade, s’élança vers l’ennemi avec fougue, mais fut repoussé par les tirs des canons en provenance du fort. 

Battre en retraite n’était pas dans les habitudes du Général Cappoix qui repartit de plus belle au combat avec la dernière des ardeurs. Une fois de plus, la mitraille eut raison de ses hommes. Véritable guerrier dont la détermination n’avait d’égale que la bravoure, courut chercher des renforts et chargea l’ennemi pour la troisième fois. Il lui fut impossible d’atteindre le fort.  

Personnification du courage sur le champ de bataille, le Général Cappoix, malgré ses trois tentatives infructueuses se rua une fois encore sur l’ennemi en criant à ses hommes : « En avant ! En avant ! ». Au cours de ce nouvel assaut, un boulet de canon faucha sa monture. Cappoix se retrouva à terre. Néanmoins, et comme à son habitude, il se releva, reprit la tête de ses troupes et chargea à nouveau. Cet acte de bravoure insensé et hors du commun lui vaudra dès lors le surnom de « Capois-la-Mort », celui qui continue d’avancer malgré l’adversité.

Lorsque la garde des grenadiers de Rochambeau se mit en formation pour une charge finale, François Cappoix et d’autres généraux, mousquets en main, repoussèrent la contre-attaque désespérée des Français. Une soudaine averse assortie du tonnerre et de la foudre avait noyé le champ de bataille. Sous cette pluie battante, Rochambeau se retira de Vertières, vaincu. La France avait perdu Saint-Domingue. (Source : nofi.fr)

L’héroïque Capois La Mort fut tué dans une embuscade le 10 octobre 1806. Ce mardi a ramené le 211e anniversaire de sa mort.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :