Lundi 17 Février, 2020

Satisfait de son bilan, le maire Josué Alusma laisse la porte ouverte à une nouvelle candidature

Le maire Josué Alusma. Crédit photo: Mairie de Port-de-Paix/Facebook

Le maire Josué Alusma. Crédit photo: Mairie de Port-de-Paix/Facebook

Les élus locaux passent déjà au bilan. Josué Alusma, maire de la ville de Port-de-Paix, se donne un sentiment de satisfecit pour les années investies en tant que premier citoyen de la métropole du Nord-Ouest. Il ne ferme pas la porte à se porter candidat à sa réélection.

Quelque part à la fin d’une entrevue de 30 minutes accordée à la rédaction de Loop Haïti samedi 14 décembre 2019, l’édile Josué Alusma s’est donné à un exercice habituel pour toute personne ayant brigué un mandat à un poste électif : présenter son bilan. Celui du maire n’est pas si pompeux, environ cinq points constituent l’essentiel de son contenu.

1- Relocalisation de la Mairie de Port-de-Paix en 2016

« La relocalisation de la Mairie de Port-de-Paix se situe en premier loge de notre bilan, estime Monsieur Alusma. Nous avons dépensé environ un million de gourdes pour les travaux de réhabilitation du complexe administratif créé par l’ancien président Boniface Alexandre, et qui se trouvait dans un piteux état ».

2- Création de la police municipale de Port-de-Paix

« Le décret du 1e février 2006 (alinéa 17) m’a doté du pouvoir légal de mette sur pied ce corps municipal, confie ce dernier.  J’ai des amis, des policiers aux États Unis qui venaient offrir des séances de formation aux agents municipaux ». « Aujourd’hui, ces derniers travaillent d’arrache-pied pour combattre l’insalubrité dans la ville avec l’aide, bien sûr, du président Jovenel Moïse qui nous a offert un engin lourd ».  

3- Identification des rues à Port-de-Paix

« Nous avons numéroté toutes les rues à Port-de-Paix, indique celui qui siégeait en 2016 en tant que  responsable des relations publiques et communications de la Fédération Nationale des Maires haïtiens (FENAMH). Avant, pour donner son adresse complète à quelqu’un, l’on devrait se renvoyer à une pile d’immondices, un arbre où à d’autres indices. Ce temps est révolu ».

4- Rond-point à l’entrée de la ville de Port-de-Paix

« Avec seulement un million de gourdes, nous avons réalisé le rond-point qui hisse le buste de Tony Vernio (l’un des deux maires assesseurs décédé 22 mai 2018) à l’entrée principale de la ville de Port-de-Paix », mentionne Monsieur Alusma. Il profite de l’occasion pour saluer le leader du Rassemblement national des démocrates progressistes (Rdnp), Éric Jean-Baptiste, pour l’aide octroyée à la Mairie dans l’exécution de ce projet.

5- Zéro corruption

Alusma clame haut et fort que sous son administration, la corruption est censée bannie. « On peut me reprocher de tout, mais jamais de la corruption », brandit ce dernier. « J’ose dire que cela fait partie de mon bilan ».  

S’il donne en apparence une croyance démesurée en communiquant les informations autour de son mandat, toutefois il hésite à dépoussiérer la question sur la possibilité de briguer un second mandat à la tête de la mairie de Port-de-Paix. « Si la population me le demande [être candidat aux prochaines élections municipales, ndlr], je le ferai sans ambages ». « Dans le cas contraire, j’attends le meilleur moment pour prendre la meilleure décision », conclut-il.

Le mandat des élus locaux touchent à leur fin janvier prochain. Une rallonge n’est pas toutefois inévitable. D’ailleurs, la « FENAMH (Fédération Nationale des Maires haïtiens) vient de signer un pacte pour que les maires occupent les hôtels de villes jusqu’en juillet 2020 », confirme Alusma. Il semblerait que le président de la république a déjà donné son accord.

Appelé à maintes reprises ce lundi pour réagir à propos dudit pacte, le président de la FENAMH, M. Jude Edouard Pierre, maire de la commune de Carrefour, reste introuvable.

Websder Corneille @webscorneille  

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :