Lundi 19 Août, 2019

Sans moyens ni salaires, les internes de l’hôpital général font grève

Des internes grévistes de 'hôpital universitaire de l'Etat haïtien (HUEH), le 21 mai 2019 à Port-au-Prionce
afp.com - CHANDAN KHANNA

Des internes grévistes de 'hôpital universitaire de l'Etat haïtien (HUEH), le 21 mai 2019 à Port-au-Prionce afp.com - CHANDAN KHANNA

Pas d'oxygène dans le service de soins intensifs ni de gants chirurgicaux aux urgences: les internes du plus grand centre hospitalier d'Haïti sont en grève depuis lundi pour dénoncer l'insalubrité de l'établissement et réclamer six mois d'arriérés de salaires.

"Compresses, seringues, gants: on n'a presque rien alors qu'on parle de service d'urgences. Quand un patient arrive, alors qu'on devrait immédiatement le prendre en charge, on commence par lister le matériel que lui, ou sa famille, doit aller acheter", raconte Emmanuel Desrosiers, 24 ans, interne gréviste à l'hôpital universitaire de l'Etat haïtien (HUEH).

A l'HUEH, communément appelé "hôpital général", les familles les plus défavorisées se pressent. Se procurer tous ces produits médicaux constitue pour elles un véritable casse-tête financier, mais le coût des cliniques privées est rédhibitoire.

Au coeur du centre-ville de Port-au-Prince, les patients, femmes comme hommes, sont regroupés dans des salles exiguës, sans intimité ni grand égard pour le secret médical.

A quelques mètres des brancards du service orthopédique, entre deux bâtiments décrépis, une femme jette une eau sale près de poubelles nauséabondes.

"On se sent ridicules quand on donne des conseils d'hygiène aux patients", confie un interne témoin de cette scène.

- Six mois sans salaire -

L'abnégation de ces jeunes Haïtiens qui évoluent quotidiennement dans cette insalubrité impressionne d'autant plus qu'ils n'ont pas été rémunérés depuis le début de leur internat.

"Cela fait bientôt six mois que nous sommes là et nous n'avons toujours rien reçu", déplore M. Desrosiers.

Pour leur travail, après cinq années d'études de médecine, l'Etat devrait leur verser chaque mois 9.000 gourdes. Ce qui équivaut actuellement à moins de 100 dollars à cause de la forte dévaluation de la monnaie haïtienne.

Les rares ventilateurs ne suffisent ni à faire oublier la moiteur de l'air, ni à chasser les mouches.

"Nous sommes au service de soins intensifs mais regardez, il n'y a pas de bouteille d'oxygène, pas de moniteur: à tout moment, ce sont des patients que l'on peut perdre mais l'Etat ne fait rien pour sauver leurs vies", accuse Yveline Michel, interne de 25 ans.

Le vrombissement d'un camion vient couvrir sa voix: à cause de la chaleur, les fenêtres de la salle de soins intensifs sont ouvertes, laissant entrer le bruit et la poussière de la rue adjacente.

Mais rien ne semble être entrepris pour endiguer le délabrement de l'hôpital: "Ils attendent la reconstruction du bâtiment en face", explique la jeune femme.

Mais, en face justement, aucun signe d'activité n'est visible dans le bâtiment en cours de construction du nouvel HUEH, qui doit avoir une capacité de plus de 530 lits dans ses deux étages.

Commencée après le séisme de janvier 2010, qui a détruit plus de la moitié de l'hôpital, le chantier de 83 millions de dollars --financé par les Etats-Unis, la France et l'Etat haïtien-- aurait pourtant dû être achevé en 2016.

"On fait grève pour la population car elle devrait elle-même revendiquer", ajoute Yveline Michel, pour justifier la grève qui perturbe davantage encore le fonctionnement déjà plus que précaire de l'HUEH.

Ce qui mécontente certains habitants qui critiquent la position des grévistes.

Comme en temps normal les internes sont chargés des admissions, les malades ne savent pas où se rendre en cas d'urgence depuis le début de l'arrêt de travail.

"A cause du manque de matériel, de l'environnement insalubre, il y a toujours des gens qui meurent à l'hôpital donc ce n'est pas la grève qui cause cette situation", rétorque Yveline Michel à ceux qui font porter la responsabilité de décès sur les grévistes.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :