Lundi 20 May, 2019

Sanctions: l'Iran dénonce l'"étranglement" par les USA de son économie

Un hommage à l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan est diffusée sur un écran, lors de l'ouverture de l'audience devant la Cour internationale de Justice (CIJ) à La Haye le 27 août 2018

Un hommage à l'ancien secrétaire général de l'ONU Kofi Annan est diffusée sur un écran, lors de l'ouverture de l'audience devant la Cour internationale de Justice (CIJ) à La Haye le 27 août 2018

L'Iran a demandé lundi à la Cour internationale de Justice (CIJ) d'enjoindre aux Etats-Unis de suspendre leurs sanctions, dénonçant "l'étranglement" de son économie par les Américains.

Cette procédure engagée par l'Iran devant la CIJ, qui a son siège à La Haye, en vue de la levée des sanctions est "un dévoiement de la Cour", a-t-il estimé dans un communiqué, accusant ce pays de tenter d'"interférer avec les droits souverains des Etats-Unis à prendre des mesures légales, parmi lesquelles le rétablissement de sanctions, qui sont nécessaires à la protection de notre sécurité nationale".

En ouverture de la procédure, la délégation iranienne a réclamé un traitement avec une "urgence extrême" de ce dossier au vu des "conséquences dramatiques" sur l'économie nationale.

Les sanctions comprennent des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières, ainsi que des mesures pénalisantes sur les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale.

"Les Etats-Unis propagent publiquement une politique visant à nuire le plus sévèrement possible à l'économie iranienne", a dénoncé Mohsen Mohebi, représentant de l'Iran et conseiller juridique, après que le rial iranien a perdu environ la moitié de sa valeur depuis avril.

La réintroduction des sanctions annoncée par Donald Trump "n'est rien d'autre qu'une agression économique flagrante contre mon pays", a déclaré M. Mohebi, ajoutant que "l'Iran opposera la plus forte résistance à l'étranglement économique américain, par tous les moyens pacifiques".

En mai, le président américain a retiré son pays de l'accord sur le nucléaire, signé par Téhéran et les grandes puissances en 2015. L'Iran s'y engage à ne jamais chercher à se doter de l'arme atomique.

N'ayant "pas eu d'autre choix que de saisir la CIJ après avoir cherché en vain une solution diplomatique", Téhéran a engagé une procédure en juillet, souhaitant "mettre fin sans délai" à ces mesures, a poursuivi M. Mohebi.

L'Iran affirme que les actions des Etats-Unis sont des "violations flagrantes" des dispositions du traité américano-iranien de 1955, qui prévoit des "relations amicales" entre les deux nations et encourage les échanges commerciaux.

Les premières sanctions américaines, qui ont été prises début août, seront suivies en novembre d'autres mesures affectant le secteur pétrolier et gazier, qui joue un rôle capital dans l'économie iranienne.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :