Samedi 17 Février, 2018

Samsung exploiterait le travail d'enfants pour fabriquer ses portables

Travail d'enfants, logements indignes, intoxications au benzène: deux ONG relancent leurs accusations de violations des droits de l'homme en Chine par Samsung, en déposant à Paris une nouvelle plainte pour pratiques commerciales trompeuses contre le géant sud-coréen.

S'appuyant sur de nouveaux rapports de militants de l'ONG China Labor Watch, infiltrés entre 2012 et 2016 dans les usines du groupe électronique, les associations Peuples solidaires et Sherpa dénoncent "l'emploi d'enfants de moins de seize ans, des horaires de travail abusifs, l'absence d'équipements appropriés aux risques encourus, des conditions de travail et d'hébergement incompatibles avec la dignité humaine", selon leur communiqué.

Ces associations, qui soutiennent les travailleurs luttant pour leurs droits économiques, pointent aussi "l'utilisation de benzène et de méthanol dans les usines", qui "aurait causé des maladies incurables chez plusieurs employés".

Related Article

Sherpa et Peuples solidaires annoncent donc le dépôt ce jeudi de ces nouveaux éléments au parquet de Paris, à l'appui d'une plainte pour pratiques commerciales trompeuses qui vise Samsung Monde, la maison-mère, et sa filiale Samsung Electronics France (SEF).

Samsung a réagi en affirmant dans un communiqué appliquer une "tolérance zéro" vis-à-vis du travail des enfants. "Samsung respecte scrupuleusement les normes et réglementations locales et internationales en matière de travail et exige la même conformité de ses fournisseurs", a ajouté le conglomérat.

Une première plainte, visant uniquement SEF, avait été classée sans suite en 2014 à Bobigny, près de Paris. Sherpa avait par conséquent choisi de citer l'entreprise directement devant ce tribunal correctionnel, mais y a finalement renoncé en 2017 pour des raisons de procédure, selon un porte-parole.

Dans leur plainte de 40 pages, consultée par l'AFP, Sherpa et Peuples solidaires accusent Samsung de contredire ses engagements éthiques et son propre code de conduite, alors que le groupe sud-coréen présente sur ses sites internet son ambition de "devenir l'une des entreprises les plus éthiques au monde".

Des contradictions qui constituent, estiment ces associations, des "pratiques commerciales trompeuses" pour les consommateurs français du leader de la téléphonie mobile, qui légitimeraient donc une procédure pénale en France.

Related Article

"Nous demandons à la justice de sanctionner cet écart inacceptable entre ces engagements éthiques et la réalité dans les usines telle que décrite par les ONG de terrain", écrivent les associations.

Les éléments nouveaux justifiant cette plainte sont tirés "de nouveaux rapports d'enquêtes très documentés de l'ONG China Labor Watch (CLW) qui s'est infiltrée dans les usines" de filiales du groupe et de ses fournisseurs, principalement dans la région de Tianjin, à environ 120 kilomètres au sud-est de Pékin, affirment les associations.

Les accusations s'appuient sur des témoignages, des photos et des vidéos réunis par CLW entre 2012 et 2016. L'ONG basée à New York, vouée à la défense des travailleurs en Chine, affirme ainsi que dans ces usines "les employés travaillent en moyenne 72 heures par semaine", parfois plus en période de forte activité. Au mépris de la loi chinoise limitant à 44 heures le temps de travail hebdomadaire.

"Dix enfants de moins de 16 ans, dont trois jeunes filles, travaillaient dans les usines" de certains fournisseurs de Samsung en 2012, selon CLW. Entre cinq et dix enfants en dessous de l'âge légal étaient encore identifiés lors de plusieurs visites des enquêteurs en 2014 dans une autre usine.

Les enquêteurs documentent encore la présence de benzène, un produit toxique à l'origine de cancers et de leucémie, dans les modes de production. Dans les usines, le benzène est utilisé comme agent nettoyant et comme enduit pour des composants électroniques.

"Cette procédure s'inscrit dans notre lutte de longue date contre l'impunité des multinationales", ont expliqué Sherpa et Peuples solidaires.

Les deux associations plaident pour "que les négociations onusiennes aboutissent à un traité contraignant les multinationales au respect des droits humains sur toute leur chaîne de production" et réclament l'appui de la France à ce processus.