Vendredi 20 Septembre, 2019

Assassinat de Rospide: "Le coup fait très mal", déplore Philomé Robert

A gauche, Pétion Rospide, tué le 10 juin 2019/ A droite, Philomé Robert, journaliste haïtien exilé en France.

A gauche, Pétion Rospide, tué le 10 juin 2019/ A droite, Philomé Robert, journaliste haïtien exilé en France.

"Les assassins de Port-au-Prince, leurs chiens et leurs maîtres, viennent de lâchement assassiner un ami, un confrère journaliste, un homme voué aux idéaux de justice et de liberté dans un pays où l'air devient profondément irrespirable."

- Philomé Robert, journaliste à France 24 et auteur d'Exil au crépuscule

L'assassinat par balles à Port-au-Prince, dans la soirée du 10 juin 2019, du journaliste Pétion Rospide n'a laissé personne indifférent. De nombreuses voix de la société ont déjà exprimé leur tristesse et leur colère face à cet énième coup porté contre une presse déjà fragilisée par les conditions socio-économiques du pays.

Pour sa part, dans un message publié sur son compte Facebook, Philomé Robert, journaliste haïtien exilé en France, a déploré l'assassinat d'un "ami, un confrère" par "les assassins de Port-au-Prince, leurs chiens et leurs maîtres". Robert, qui a dû fuir le pays après avoir été attaqué sous la présidence de Jean Bertrand Aristide, présente Pétion Rospide comme "un homme voué aux idéaux de justice et de liberté dans un pays où l'air devient profondément irrespirable". 

"Le coup fait très mal"

"Je voudrais par ce message rendre hommage à Pétion Rospide. Le coup fait très mal", déplore-t-il, ajoutant "cependant que même si les meurtriers ne lui ont laissé aucune chance, leurs balles ne pourront rien contre la volonté farouche des millions que nous sommes de voir Haïti débarrassé du crime, du vice, de la lâcheté, de la corruption et de la bêtise érigés en système de gouvernement".

Pour le présentateur à France 24 et auteur d'Exil au crépuscule - livre dans lequel il fait le récit de son voyage forcé-, "le combat ne fait que commencer". "Un jour, nous donnerons des nouvelles à Pétion du changement qui ne manquera pas d'advenir", rassure-t-il.

« Un climat particulièrement dangereux pour la presse haïtienne »

Pétion Rospide, journaliste de la Radio Sans Fin, est tombé sous les balles assassines dans la soirée du lundi 10 juin 2019. La disparition tragique du co-propriétaire de la RSF, survenu plus d'un an après la disparition du photojournaliste Vladjimir Legagneur, confirme « un climat particulièrement dangereux pour la presse haïtienne », d’après l'organisation Reporters sans frontières (RSF).

La RSF qui se donne pour objectif de défendre une presse libre affiche son inquiétude pour la sécurité des journalistes en Haïti à la suite de la mort du présentateur de Ti bat bouch, une émission très prisée sur les ondes de la Radio Sans Fin. Dans la foulée, Reporters sans frontières évoque un assassinat.

En effet, selon les déclarations d’Emmanuel Colombié, directeur du bureau Amérique latine pour l’institution en question, il s’agit d’une « sordide exécution » pour laquelle il incombe aux autorités haïtiennes de s’activer afin de retrouver les responsables et « les traduire en justice ».

« Il est par ailleurs de la responsabilité du gouvernement de garantir la sécurité des journalistes qui couvrent les manifestations, dont le rôle pendant cette période mouvementée est fondamental », rajoute-t-il.

De leur côté, l’Association nationale des médias Haïtiens (ANNH) et l’Association des médias indépendants d’Haïti (AMIH) ont lancé un appel au respect des vies et des biens des travailleurs de la presse dans le pays. Elles invitent dans la foulée les autorités policières à assurer la sécurité de ces derniers.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :