Lundi 17 Juin, 2019

Restitution du cœur et des poumons de Préval : le parquet réagit

« Le médecin légiste travaille pour le parquet. Suite au résultat de l'autopsie, le parquet a classé le dossier sans suite. Une fois que le parquet classe un dossier sans suite, qu'il ne fait pas de poursuite, il n'a pas à s'intéresser au quotidien de ce dossier », explique au Nouvelliste Me Ocname Clamé Daméus, commissaire du gouvernement près du Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince. Aussi, madame Elisabeth D. Préval devra envoyer sa « requête à l’Institut médico-légal qui demandera l’autorisation au parquet ».

« Pour que je sois au courant de cela, il faut que l'Institut médico-légal me demande l'autorisation. Si l'Institut médico-légal me le demande, je n'aurai aucun problème à travailler avec l'institut. Je ne sais pas ce que je dirai à l'Institut médico-légal parce que je ne connais pas encore la demande de la famille Préval. J'analyserai afin de savoir si c'est possible ou non», a aussi déclaré le commissaire du gouvernement.

Il convient de rappeler que la veuve de l’ancien président René Préval réclame le cœur et les poumons de son conjoint défunt prélevés pour l’autopsie par l’Institut Médico-Légal.

Cette requête, d’après Elisabeth D. Préval, devrait lui permettre de « poursuivre son deuil ». « Je suis dévastée de constater qu’une personnalité que je considère comme un patrimoine humain, deux fois président élu démocratiquement, considéré par beaucoup comme le père de la stabilité soit traité ainsi », s’est-elle plaint arguant que René Préval « mérite un meilleur traitement que celui qu’il a reçu après l’autopsie ».

A sa demande, le Dr Jean Armel Demorcy, directeur de l’Institut médico-légal a, sans y opposer une fin de non-recevoir, argumenté pour la non-création d’un précédent duquel « on ne s’en sortirait pas. » Il pense que « le parquet devrait venir et participer à la destruction de ces spécimens tout simplement. »

Jean Armel Demorcy a aussi laissé une porte entrouverte. « Si le dossier est classé sans suite, le parquet devrait demander à l’institut de détruire les spécimens pour les cas qui ne sont pas pendants devant la justice. C’est ainsi que cela doit se faire. »

L’ancien président René Préval est mort chez lui le 3 mars dernier. 4 jours plus tard, une autopsie a été réalisée. Elle conclut que M. Préval est mort de cause naturelle. Des funérailles nationales s'ensuivaient.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :