Lundi 22 Juillet, 2019

Crise-Médiation: Religions pour la paix rejette l'offre de l'exécutif

Dans un communiqué de presse en date du 18 février, le Président Jovenel Moïse avait sollicité les bons offices de « Religions pour la paix » pour être l’un des médiateurs dans le cadre du dialogue inter-haïtien, seul remède selon de nombreux acteurs locaux et internationaux, à la crise actuelle. L’objectif du gouvernement haïtien est « d’inviter les forces vives d’Haïti à dialoguer en vue de trouver un dénouement pacifique et démocratique à la crise politique, économique et sociale que traverse Haïti ».

Invitation déclinée par l’organisation œcuménique, suite à une rencontre tenue avec le président en sa résidence à Pèlerin 5. « L’atmosphère actuellement ne permet pas à Religions pour la paix de jouer le rôle de médiateur dans la crise », a déclaré un des dirigeants qui affirme avoir reçu la lettre. Cette décision est prise après avoir consulté les différentes branches de l’organisation, lit-on dans le quotidien Le Nouvelliste.

Pour cette structure, “le dialogue préalable doit se faire entre le président et le Premier ministre“, rapporte RFM. Rappelons que les deux chefs de l'Exécutif sont à couteaux tirés depuis quelques temps. Le chef du gouvernement avait même avoué à la presse qu'il faisait l'objet de pression de la part de proches du président qui exigeant sa démission pour résoudre la crise.

Religions pour la paix avait déjà été sollicité pour jouer en 2012 le rôle de médiateur dans le dossier de double nationalité dont des parlementaires reprochaient le président Michel Martelly, et en 2014 sur la crise politique qui avait conduit à la signature du fameux Accord de El Rancho le 14 mars 2014, toujours selon le quotidien.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :