Vendredi 16 Novembre, 2018

En RD,une loi pour empêcher aux haïtiens illégaux de louer un logement

Radhames González Porte-parole des députés du Parti révolutionnaire dominicain (PRD).
 Congrès dominicain, un projet de loi pour pénaliser la location de maisons aux illégaux.

Radhames González Porte-parole des députés du Parti révolutionnaire dominicain (PRD). Congrès dominicain, un projet de loi pour pénaliser la location de maisons aux illégaux.

Un projet de loi déposé au parlement dominicain vise à restreindre davantage la liberté des migrants. L'objectif ? Interdire aux étrangers de louer un logement.

Porte-parole des députés du Parti révolutionnaire dominicain (PRD), Radhames González, le principal défenseur de cette proposition de loi au congrès dominicain,  a expliqué que les Haïtiens en situation régulière ne sont pas les seuls concernés par cette initiative. Ainsi, argumente-t-il « la présente loi cadre avec la volonté d’empêcher que certaines zones ne deviennent des ghettos, une position soutenue par le peuple Dominicain ».

« Les Haïtiens qui viennent au pays, les Vénézuéliens et les autres, ne vivent pas dans la rue. Ensuite, vous devez les soumettre à certains règlements parce que louer une maison ou un immeuble, fait obligation d’avoir un statut légal», souligne le député.

Dans son allocution, le parlementaire rajoute : « je dis que de cette façon le pays aura un certain contrôle de ces immigrants ».

« Dans ma ville, par exemple (Santo Domingo Oeste) un ressortissant haïtien loue une maison, mais un mois plus tard 25 vivent là-bas », explique-t-il.

Par cette mesure, le politicien très rigide sur l’immigration soutient que l'État en quelque sorte doit avoir des règles permettant aux Dominicains de savoir combien d'étrangers vivent dans ce pays de manière légale ou  illégale.

Très remonté contre les étrangers, le député a formulé une mise en garde claire aux siens : « Un autre point de mon argument est que si pour une raison quelconque certains dominicains utilisent des subterfuges, comme ils le font parfois et disent qu'ils ont donné leur maison à ces étrangers à des fins d’usage. Que les mêmes sanctions prévues par la loi s’appliquent pour eux ainsi qu’aux locataires »

Kepsen MONESTIME