Samedi 29 Février, 2020

Radio Zénith répond au gouvernement et crie à la persécution politique

Logo de la Radio Télé Zénith. Page Facebook de la station.

Logo de la Radio Télé Zénith. Page Facebook de la station.

24 heures après la note du gouvernement démissionnaire, condamnant Radio Télé Zénith pour "incitation à la violence", la direction générale de la station réagit et qualifie de « persécution politique » cette démarche. Dans une note en date du 7 novembre, la RTZ a renouvelé sa détermination de continuer à accompagner la population, dans la lutte pour le départ de Jovenel Moïse.

La direction générale de la station dit prendre très au sérieux cette sortie du gouvernement, qu’elle qualifie d’ailleurs de « menaces à peine voilées ». Pour Radio Télé Zénith, cette réaction de l’équipe au pouvoir s’inscrit dans le cadre d’une vaste campagne de « persécution politique » contre elle et ses journalistes. « La note du gouvernement traduit encore une fois et clairement la volonté du président Jovenel Moïse de bâillonner la Presse et priver la population de son droit à l’information », écrit la RTZ, dirigée par le maire principal de la Croix-des-Bouquets, Rony Colin.

La station rejette les informations selon lesquelles elle aurait incité la population à la violence lors d’une intervention des forces de l’ordre au Carrefour Marassa, commune de la Croix-des-Bouquets, le 5 novembre dernier. Le DG du média, Jean Oreste Morin qui dénonce les interventions musclées des convois du gouvernement pour déblayer les rues, accuse le chef de l’Etat est en train d’instaurer une dictature dans le pays.

Très acide contre le pouvoir en place, l'institution médiatique a dénoncé une violation de l’article 28-1 de la constitution de 1987 amendée, traitant du fonctionnement de la profession du journaliste (Le journaliste exerce librement sa profession dans le cadre de la loi. Cet exercice ne peut être soumis à aucune autorisation, ni censure, sauf en cas de guerre). Parallèlement, la RTZ qui déplore une absence de solidarité au niveau de la corporation journalistique, salue le support manifesté par des organisations de défense des droits humains et autres structures de la société civile à l’endroit de la station.

Radio Télé Zenith condamne dans la foulée l’usage excessif de la force par les policiers dans le cadre des mouvements de protestation, et s’aligne aux revendications de la population. Proches de l’opposition politique, les responsables de la 102.5 FM en ont profité pour dénoncer le laxisme des autorités judiciaires, dans l’enquête ouverte autour des récentes attaques armées perpétrées contre les locaux de la station.

Rappelons que dans une note du 6 novembre dernier, le gouvernement démissionnaire a condamné le comportement de radio Zénith qui, écrit-il, incite à la violence, notamment lors des mouvements de protestation antigouvernementaux. La station de radio, selon l'Exécutif, aurait pris l'habitude « d'indiquer aux bandits armés, par la voie des ondes, l’emplacement des agents de la police, tout en suggérant le sort à réserver à ces derniers ».

Le gouvernement avait invité les associations de Presse et les responsables des droits humains, à « mettre en examen [...] le comportement jugé incendiaire affiché par la RTZ dans la crise politique actuelle ».

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :