Jeudi 29 Octobre, 2020

Qui sont ces Africains devenus célèbres sur Internet ?

Capture d’écran illustrant les porteurs de cercueils africains / Crédit : BBC Africa

Capture d’écran illustrant les porteurs de cercueils africains / Crédit : BBC Africa

Des Africains dont le métier est d’escorter des cercueils aux cimetières sont devenus depuis peu les stars des internautes. Qui sont ces hommes ?

Depuis le début de la période de confinement causée par la propagation du nouveau coronavirus dans plusieurs pays de la planète, des vidéos montrant des hommes dansant avec des cercueils sur leurs épaules sont devenues virales sur internet. Sur Tik-tok, Facebook, Twitter, Instagram ou YouTube, les mèmes comportant les images de ces hommes en noir et blanc, avec la chanson "Astronomia" en toile de fond, ne passent pas inaperçues.

Derrière ces images populaires, la troupe Nana Otafrija

Porter des cercueils en Afrique notamment au Ghana est aujourd’hui un métier, explique Benjamin Aidoo, chef du groupe appelé Nana Otafrija. Pour rendre hommage à leurs proches, certaines familles des défunts font appels à ces professionnels qui sont à la fois des danseurs et chorégraphes pour escorter les cercueils et, tout au long de parcours funèbres, créent de l'ambiance et amusent les participants.

Le groupe Nana Otafrija alimente cette nouvelle tendance au Ghana, qui célèbre la vie plutôt que de pleurer la mort. D'après Benjamin Aidoo, chef de Nana Otafrija, lors d’une entrevue avec BBC Africa, cette façon d'accompagner les morts aux cimetières joue un rôle important dans la vie de certains Ghanéens.

Parlant des familles des personnes décédées, il indique que « nous les rendons joyeux et souriants. Dans ce que nous faisons, les gens applaudissent eux-mêmes et nous disent 'vous faites une bonne chose. Vous nous faites rire au lieu de pleurer' ».

 

Aidoo qui a déjà 10 ans d'expérience dans ce métier, souligne que son groupe est devenu populaire grâce à sa créativité. « Au début au Ghana, les gens portaient la couleur noire lors des enterrements, les porteurs de cercueils eux portaient que du noir. Lorsque j'ai fait ce constat-t-il, j'ai décidé d'apporter un peu d'innovation en ajoutant des touches de couleurs ». « Au Ghana, vous devez être créatifs pour aller vers l'avant » se rengorge-t-il.

Une entreprise à 100 employés

Son entreprise compte aujourd’hui 100 employés, qui dansent et portent des cercueils dans 5 ou 6 enterrements par semaines. Leurs tarifs varient selon ce qu'exige le client (tenue, prestation). Chaque tenue correspond à une prestation et une chorégraphie. Le tarif peut varier de 180 dollars américains jusqu’à 270 dollars.

« En supposant que c’est la couleur "kilt", le tarif est 180 $ (800 cedis [monnaie ghanéenne] et quand c'est un vert c'est 203 $ (900 cedis) et quand tout est en blanc le tarif va de 225 à 270 $ soit (1000 ou 1200 cedis).

Quoique Facebook pénalise l'utilisation non autorisée de la chanson "Astronomia" comme toile de fond pour les mèmes faits à partir des images de Nana Otafrija, les réseaux sociaux continuent d'être bombardées par les vidéos.

Marc-Evens Lebrun @lebrunevens

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :