Mardi 26 May, 2020

A quel âge, en moyenne, devient-on Premier ministre en Haïti ?

A quel âge, en moyenne, devient-on Premier ministre en Haïti ?

A quel âge, en moyenne, devient-on Premier ministre en Haïti ?

Il faut avoir 30 ans accomplis pour être Premier ministre en Haïti, selon la Constitution. Mais quel est l’âge moyen d’accession à cette fonction de 1996 à nos jours ? C'est la question à laquelle OpenGouv a tenté de répondre en considérant un échantillon de quatorze chefs de gouvernement.

Selon l'échantillon des quatorze derniers Premiers ministres utilisé par OpenGouv dans le cadre de ce travail infographique, l'âge moyen d'accession à la fonction de chef de la Primature en Haïti est de 53 ans. Les statistiques de l'organisme montrent que neuf des quatorze dernières personnes à avoir été nommées à ce poste avaient au moins 50 ans.

C'est le cas de Rony Smart (Février 96-Juin 97), 55 ans; Yvon Neptune (mars 2002-fêv 2004), 55; Jean Marie Chérestal (mars 2001-janvier 2002), 54; Jacques Edouard Alexis (juin 2006-sept 2008), 50; Evans Paul (janvier 2015-février 2016), 58; Jean Max Bellerive (no. 2009-oct 2011), 51; Jack Guy Lafontant (mars 2017-sept 2018), 56 et Jean Michel Lapin (Av. 2019-juillet 2019), 52.

La plus jeune tête à avoir accédé à ce poste sur la liste des 14, reste jusqu'ici Fritz William Michel, nommé le 22 juillet 2019 en remplacement de Jean Michel Lapin. Michel, quatrième Premier ministre de Jovenel Moïse, a 38 ans. Après lui, dans la liste des plus jeunes, figurent Laurent Lamothe (mai 2012-déc 2014) qui n'avait que 40 ans au moment de sa nomination. Gary Conille (oct 2011-mai 2012), lui, était âgé de 45 ans lors qu'il a été choisi par Michel Martelly en 2011.

 

Pour les plus âgés, l'on citera Gérard Latortue (mars 2004-juin 2006). "Il devient Premier ministre à 70 ans", indique OpenGouv. Michèle Pierre-Louis (sept 2008- nove 2009) avait 60 ans quand elle avait accédé à la fonction. En bas de cette liste se trouve Jean-Henry Céant (sept 2018-mars 2019), âgé de 62 ans au moment de sa nomination comme Premier ministre de Jovenel Moïse suite à la démission de Jack Guy Lafontant. 

"Lorsqu'il s'agit des fonctions d'état, on a souvent tendance à mettre sur un même panier expériences, aptitudes et compétence. En politique, c'est assez compliqué ; et notre histoire même nous a appris à jouer la carte de la prudence relativement à cette question. Nous avons ainsi choisi d'exposer les données à l'appréciation du public ; parce que nous pensons que cela devra contribuer à alimenter, sinon enrichir le débat notamment dans le contexte politique actuel", a commenté, Max Guybert Lyron, joint par notre rédaction.

Lyron, qui est directeur exécutif à OpenGouv et secrétaire général de l'Observatoire numérique, pense que ces travaux sont très importants pour une meilleure compréhension de l'évolution de la sphère politique en Haïti. Il informe que d'autres oeuvres dans le même genre devraient prochainement voir le jour.

A propos d'OpenGouv

Il s'agit d'« une plateforme de la société civile qui intervient dans le contexte de la globalisation où la transparence, la reddition de comptes, la lutte contre la corruption, l’ouverture des données au public et la participation citoyenne s’érigent au cœur des processus de gouvernance publique », avaient confié les initiateurs au Nouvelliste en janvier 2019. La structure veut «promouvoir une culture de transparence, de partage d’information et une participation citoyenne active ».

Raoul Junior Lorfils

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :