Samedi 30 May, 2020

La corruption en Haiti, vue par un journal dominicain

Un manifestant tenant une pancarte lors du sit-in devant les locaux de la cour supérieure des comptes à Port-au-Prince/ Photo: Estailove St-val/ LoopHaiti

Un manifestant tenant une pancarte lors du sit-in devant les locaux de la cour supérieure des comptes à Port-au-Prince/ Photo: Estailove St-val/ LoopHaiti

Des deux côtés de l’île d’Haïti, les citoyens se sont engagés à lutter contre la gangrène de la corruption qui appauvrit les deux pays. Avant Haïti, les dominicains ont, à plusieurs reprises, marché dans les rues pour exiger la condamnation des corrupteurs et corrompus de leur pays.

Cette marche dénommée « Marche Verte » a porté ses fruits de l’autre côté du territoire. Et pour les Dominicains, le #PetrocaribeChallenge s’inspire de ce mouvement qu’ils ont entrepris l’année dernière. El Nuevo Diario a, dans un article, retracé la situation qui soulève la frustration des citoyens Haïtiens contre leurs dirigeants politiques.

Dans cet article, le journal n’a pas manqué de citer le Parlement haïtien qui, dit-il est considéré comme « l’institution la plus corrompue du pays ». Mais, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est la subite émeute des 6, 7 et 8 juillet qui « a divisé les élites économiques et politiques du pays ».

« Ils s’accusent mutuellement de plusieurs cas, y compris le gaspillage des fonds de PetroCaribe », cite le journal qui décrit également le silence des autorités et institutions impliquées dans la plus grande affaire de corruption du pays.

« La justice et les institutions liées aux crimes économiques n’ont rien dit à propos de ce crime grave auquel la population haïtienne doit faire face », pour reprendre exactement les mots de cet article.

Certains citoyens participant au #Petrocaribechallenge se sont révoltés en voyant le développement de la République Dominicaine, contrairement à la République d'Haïti qui, elle, stagne dans la pauvreté sous l’indifférence des dirigeants politiques qui s’accusent les et les autres de vols des biens publics.

Après deux semaines, le mouvement #Petrocaribechallenge n’a pas faibli et implique de plus en plus de citoyens qui estiment nécessaire de rejoindre la cause. Le lead vocal du groupe « Kreyòl la », Joseph Junior Zenny, qui s’est fait un peu réticent au début de ce mouvement a publié un message sur son compte Instagram où il insiste sur le fait que les dirigeants doivent s’expliquer sur la dépense des fonds Petrocaribe.  

 

 

Une publication partagée par tjozenny (@tjozenny) le

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :