Mercredi 23 Octobre, 2019

À quand la baisse des prix des produits de première nécessité ?

Deux semaines après l’annonce du Premier ministre Jean Henry Céant concernant la baisse des produits de première nécessité pour faire face à la cherté de la vie, les effets des mesures du chef du gouvernement sont loin d’être visibles. Bien au contraire, les prix des produits continuent de grimper sur le marché local.

La population haïtienne avait gagné les rues à travers tout le territoire national pour appeler les autorités étatiques à mettre de la nourriture dans leurs assiettes, car elle a faim, grandement faim. Bien avant l’opération baptisée « pays lock », plusieurs magasins de denrées alimentaires tant à Port-au-Prince que dans les villes de province ont baissé leurs rideaux de fer  pour protester contre la hausse démesurée  des prix des produits alimentaires.

Les consommateurs s’attendaient à une baisse des prix des produits après l’adresse à la nation du Premier ministre Jean Henry Céant qui assurait que le gouvernement allait adresser la situation. Une attente qui risque d’être longue, sinon très longue.

Depuis le marché public Salomon à Carrefour-Feuilles jusqu’aux marchés publics de Canapé-Vert et de Pétion-Ville (La Coupe), les vendeurs et acheteurs ne cessent de se plaindre de la hausse vertigineuse des prix des produits de première nécessité.

Le sac de riz américain qui se vendait à 1400 gourdes avant la crise est passé à 1750 gourdes. La marmite de maïs moulu qui coûtait 225 gourdes se vend actuellement à 250 gourdes alors que le prix de la marmite de haricot noir est passé de 350 à 400 gourdes. 

Le prix de la marmite de tomate est de 200 gourdes alors qu’avant les derniers mouvements de protestation, il était de 150 gourdes. La marmite de citron est passée de 400 à 500 gourdes en seulement deux semaines.

La marmite de cerise qui s’achetait à 350 gourdes avant les mouvements de protestation contre la cherté de la vie, se vend actuellement à 400 gourdes.

Les prix des produits non importés comme le beurre, l’aubergine, et le mirliton ont connu également une hausse significative.

Cela fait déjà 15 jours depuis que le chef du gouvernement a promis à la nation l’application d’une série de dispositions dans l’objectif d’améliorer les conditions de vie de la population.

Au cours de cette semaine, le Premier ministre a visité plusieurs institutions publiques dont le ministère du commerce et de l’industrie, la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratif. Selon des propos du chef de gouvernement devant les caméras de la presse, il voulait s’assurer de l’application des 9 mesures annoncées, le 16 février dernier dont la baisse du panier de la ménagère. Combien de temps faudra-t-il à cette population affamée, pour ressentir les effets de ces mesures ? 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :