Mercredi 15 Août, 2018

Prêtre assassiné : le RNDDH dénonce la lenteur de la justice haïtienne

Le Père Simoly Joseph / Photo: Guadeloupe catholique

Le Père Simoly Joseph / Photo: Guadeloupe catholique

Dans un document rendu public ce vendredi, le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) ordonne les autorités judiciaires haïtiennes à traiter le dossier d’assassinat du révérend Père Joseph Simoly, tué par balles, fin 2017, avec « célérité », en vue de « rompre avec ce cercle infernal de l’impunité ».

Le RNDDH vient de mettre une petite tape sur la main des autorités judiciaires haïtiennes, ces vraies tortues humaines qui aiment prendre tout leur temps et celui des citoyens qui attendent les résultats des enquêtes qui n’aboutissent presque jamais.

Suite à l’assassinat du révérend Père Joseph Simoly, quatre individus ont été arrêtés au terme d’une enquête menée par la Direction centrale de la Police judiciaire (DCPJ). Des matériels (téléphones portables, motocyclettes) confisqués, ont été transmis au Parquet près le Tribunal de première instance de Port-au-Prince.

Cependant, 15 jours après avoir été transféré au Parquet, « le dossier reçu le 15 janvier 2018 n’avait pas encore été acheminé au décanat pour suivi », révèle le RNDDH après des recherches effectuées auprès des instances concernées, le 31 janvier.

Alors que, souligne l’organisation, « les pistes pouvant conduire aux auteurs intellectuels de ce crime crapuleux sont nombreuses ».

Constatant cette lenteur avec laquelle le dossier avance, le RNDDH ordonne les autorités judiciaires haitiennes à traiter le dossier avec rapidité et de transférer dans les plus brefs délais, au décanat de ce ressort, le dossier de l’assassinat du Père Simoly.

« Il est temps que cesse cette pratique selon laquelle en Haiti on poursuit les enquêtes, mais pas les criminels », martèle le RNDDH.