Vendredi 13 Décembre, 2019

Prêt: le FMI souhaite réévaluer le contexte macro-économique d'Haïti

La crise politique et les probables turbulences qui se profilent à l’horizon sombrent davantage les bailleurs internationaux dans l’inquiétude d’un lendemain propice aux négociations pour le soutien de l’économie haïtienne. Chris Walker a laissé entendre que la résolution de la crise doit être envisagée par les acteurs politiques aux fins de stabiliser la situation économique du pays, de plus en plus alarmante.

Le chef de la mission FMI pour Haïti a affirmé, dans un entretien accordé au quotidien Le Nouvelliste, que le « cadre macro-économique qui sous-tend l’accord de prêt des 229 millions de dollars doit être réévalué, compte tenu du temps écoulé depuis sa conclusion en mars dernier avec les autorités haïtiennes. M. Walker a indiqué que les autorités du pays doivent rediscuter des mesures nécessaires à prendre en vue de stabiliser et soutenir l’économie avant de soumettre l’accord au conseil d’administration du FMI.

Ce qui implique très clairement que ces fonds ne seront pas accordés à Haïti pas avant l’installation d’un gouvernement. « L’équipe du FMI, a-t-il poursuivi, se tient à la disposition du gouvernement haïtien pour trouver les moyens de protéger les citoyens plus vulnérables, améliorer la gouvernance et garantir la stabilité macroéconomique ».

La date butoir fixé à 24 avril ne pouvait plus être retenue et Gary Bodeau, de passage à New-York en avril dernier avait plaidé en faveur d’une autre date, en attendant la formation d’un gouvernement légitime.

Lire : FMI-229 M $ : Gary Bodeau a plaidé pour un nouveau délai

Plus d’un mois après, constate-t-on, cette nouvelle équipe appelée à diriger le pays n’est pas encore montée. L’une des conséquences, et non la moindre : « les 229 millions de dollars du FMI s’éloignent des caisses de l’État haïtien », analyse l’éditorialiste Frantz Duval.

Mais outre le FMI, d’autres bailleurs emboitent le pas comme c’est le cas de l’Union Européenne. Vincent Degert, chef de la Délégation, avait annoncé que l’UE n’octroierait pas son appui budgétaire de 20 millions de dollars à Haïti pour l’exercice fiscal 2018-2019 sans un cadre macroéconomique transparent. (Source : Le National)

La Banque Interaméricaine de Développement avait elle aussi décidé, toujours en avril dernier, de surseoir à un don de 41 millions de dollars qui devraient être décaissés pour étendre le Parc Industriel de Caracol par la construction de nouveaux buildings.

Lire : Suspension d’un don de 41 millions de dollars de BID à Haïti

La S&H Global S.A, une compagnie coréenne de fabrication de vêtement dans le monde, qui avait pour sa part prévu de faciliter la création de 13, 000 emplois en Haïti, a de préférence rejoint  la République dominicaine huit jours après le vote de la proposition de loi fixant le salaire minimum jusqu’à 800 gourdes.

 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :