Jeudi 16 Août, 2018

Pré-carnaval 2018 : Un DJ sanctionné pour « propos malsains » à P-au-P

Un homme averti en vaut deux, dit un proverbe haïtien. Dans un communiqué publié la semaine dernière, la Mairie de Port-au-Prince avait mis en garde contre maintes choses dont l’usage de propos malsains durant la période pré-carnavalesque se déroulant les 14, 21, 28 janvier et le 4 février 2018. Les autorités avaient annoncé aussi que les DJ dument inscrits seraient responsables de la modération des prises de paroles sur leur char musical.

Rien qu’au premier dimanche, l’Administration communale de Port-au-Prince a déjà trouvé matière à tracer un premier exemple.

En effet, DJ Steezy, de son vrai nom Stanley Bertrand, a été sanctionné pour usage de « propos malsains et irrévérencieux », a annoncé la Mairie dans une note, jeudi 18 janvier. Le concerné a écopé d’une amende de 50,000 gourdes, sans l’acquittement de quoi, il risque de ne pas pouvoir sortir son char pour les prochains dimanches.

Contacté par la rédaction de Loop Haiti, DJ Steezy se rappelle effectivement que son animateur, en pleine séance d’animation, avait utilisé le terme « masisi », moment après lequel, dit-il, le Maire de Port-au-Prince lui a fait signe, indiquant que ce n’était pas acceptable.

« Après quoi, j’ai moi-même arrêté la musique pour présenter mes excuses, même si, pour moi, le mot ‘’masisi’’ n’est pas une ‘’bêtise’’. D'ailleurs c'est dans les dictionnaires », a dit DJ Steezy, lors d’un entretien téléphonique.

Selon le dictionnaire l'Internaute

Steezy paiera l’amende, dit-il. Il n’a aucun problème avec la Mairie qui ne fait que son travail. Par contre, pour lui, « l’idée de sanctionner quelqu’un juste pour avoir utilisé un mot qui ne dérange ni attaque personne, cela fait débat ».

Du côté de la Mairie, le message est et reste clair : « Tout DJ contrevenant aux règles définies au préalable par la mairie sera sanctionné et possiblement banni ».

Afin que nul ne l’ignore, rappelons qu’entre autres choses interdites pour les dimanches carnavalesques, se trouvent les bouteilles en verre, la circulation avec des armes blanches (couteaux, machettes, piques) ou tout autre objet coupant. Il est formellement interdit de rouler des chansons étrangères durant les soirées.