Lundi 23 Septembre, 2019

Les 5 raisons pour lesquelles Haïti va gagner la Gold Cup selon SoFoot

Photo : FHF

Photo : FHF

Croyez-vous qu'Haïti puisse remporter la Gold Cup 2019 ? Le journal sportif SoFoot, lui, y croit fermement. Après avoir salué la victoire des Grenadiers aux dépens des Costariciens et des Canadiens, le journal francophone déclare sans ambages que les Haïtiens vont « gagner la Gold Cup ». Voici ses "cinq raisons" pour vous convaincre.

1 - Duckens Nazon est en mission |

Duckens Nazon, « l’épée tranchant » de la sélection haïtienne est en effet en mission : remettre Haïti sur l’échiquier du football mondial. Auteur de deux buts et deux passes décisives, dont un service sur un plateau d’argent pour Donald Guerrier contre le Canada, l’international Haïtien est sur la bonne voie.

Duckens Nazon est toujours dans les bon cours, rappelle le journal. « Face au Costa Rica, c’est lui qui récupère un ballon dans les pieds de la défense, provoque et marque le penalty de l’égalisation. Contre le Canada, c’est encore lui qui sonne la révolte en s’arrachant pour intercepter une passe en retrait avant de pousser le ballon au fond », a argumenté Sofoot, saluant le travail de l’attaquant sur le but victorieux de Donald Guerrier.

2 - Marc Collat a une histoire à terminer |

Le sélectionneur national, Marc Collat, souvent critiqué, parait être l’homme de la situation. L’idylle Collat-FHF n’est pas un nouvelle. Le technicien avait déjà été à la tête de la sélection nationale avant de se « barrer » pour non-paiement, signale le media.

Mais le coach français est revenu en 2017 pour accomplir sa mission lancée en 2015. Depuis son retour, Collat a redonné au football haïtien sa gloire perdue. Il a conduit les filles U20 à leur première coupe du monde, il a manqué de peu, de réaliser l’exploit avec les moins de 20 ans masculine, mais avait échoué contre le Costa Rica.

A la Gold Cup, le sélectionneur qui s'est déjà fait une place dans l’histoire du foot haïtien, va tenter de donner aux Grenadiers leur première coupe Concacaf, un trophée qui leur échappe depuis 1973.

3 - Dix Grenadiers et un "Guerrier" ne lâchent rien

Les Grenadiers ne lâchent rien ! Menés à trois reprises dans la Gold Cup, à chaque fois, au lieu abandonner, ils ont tout donné pour revenir dans le match et renverser leurs adversaires. Même 2-0 ne leur fait pas peur. 

« Haïti a retourné la table, victoire 3-2 avec une équipe combative à souhait. Des types qui s’arrachent pour créer des occasions à partir de ballons qui semblaient perdus ou au chaud dans les pieds de la défense adverse », commente le magazine qui a tenu à saluer le guerrier national « qui a eu le sang-froid d’un grand attaquant pour envoyer son pays en demi-finale » d’un but somptueux.

4 - Le Mexique n’est pas complet

Mexique, 7 fois champion de la Gold Cup, habitué de la coupe de monde, est sans doute le ténor de la zone. Toutefois les absents sont nombreux du son côté. Pas de Chicharito, pas de Carlos Vela, pas de Hirving Lozano, des « cartouches offensives », pour le représenter dans cette édition de Gold Cup.

Il faut rappeler par ailleurs qu’il a fallu atteindre 120 minutes plus les tirs au but pour voir les Mexicains triompher aux dépens des Costariciens pourtant battus par Haïti en 90 minutes. 

5 - Les Grenadiers ont tout un pays derrière eux

Faut-il rappeler qu’après leur victoire historique contre le Canada samedi soir, les Haïtiens à travers tout le pays avaient gagné les rues pour célébrer d’un commun accord le succès important de leur sélection nationale. En effet, une foule de personnes en liesse, sous les sons de tambours, ont dansé dans les rues de Port-au-Prince pour fêter la qualification haïtienne en demi-finales. Ce support veut beaucoup dire pour les Grenadiers et ils vont se battre pour prouver, encore une fois, qu'ils méritent ce support.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :