Samedi 30 May, 2020

Pourquoi autant d’accidents sur les routes haïtiennes ?

Accident - St Louis du Sud

Accident - St Louis du Sud

Le chercheur Michel Ange Louis Jeune a présenté les résultats de sa recherche sur le sujet lors d’une journée scientifique mercredi 7 juin 2017, à l'Hôtel Royal Oasis.

En mars 2017, une quarantaine de personnes rendaient l’âme aux Gonaïves dans un tragique accident de la route. Mi-juin de la même année, une quinzaine d’autres ont trouvé la mort à Cavaillon, dans le sud, presque dans les mêmes circonstances. Et l’on ne compte plus les accidents routiers enregistrés au quotidien dans toutes les villes du pays.

L’étudiant finissant au programme de maîtrise en criminologie de l'Université d'État d'Haiti, Michel Ange Louis Jeune, a fait de cette problématique l’objet de son mémoire de sortie. Il a circonscrit ses observations dans les départements de l’Ouest et de l’Artibonite.

Michel Ange Louis Jeune a d’abord constaté qu’un sentiment d’insécurité routière est largement répandu dans la population. Il a en outre souligné que les usagers de la route contreviennent régulièrement aux normes de la sécurité routière en vigueur. Mais ce qui inquiète le plus, renchérit-il, c’est que la police ne dispose pas toujours des moyens matériels et légaux de ses ambitions de protection et de service.

Par exemple, aucune loi ne vient encadrer l’usage de l’alcool au volant en Haiti. Il en ressort que le taux d’alcoolémie des chauffeurs ne peut être contrôlé par la PNH. L’insécurité routière, a poursuivi M. Louis-Jeune, ne se limite pas aux accidents de circulation.

Elle concerne également le piteux état de certaines routes, le délabrement ou la non-conformité des véhicules en circulation, les déficiences de la signalisation routière (verticale et horizontale), etc. Elle se poursuit même après les accidents qui donnent lieu, la plupart du temps, à des scènes de violences pouvant déboucher sur des homicides. 

De tous les aléas, vulnérabilités, dangers et risques de sécurité de la route, nul n’est à l’abri en Haïti!


L’Université, à quoi bon ? Pour se former, sûrement. Protester occasionnellement. S’offrir un job, plus rarement... Aussi correctes que puissent être ces réponses, elles ratent cependant un composant essentiel : le service à la communauté. Pourquoi ? Parce qu’il faut penser la société et guider l’action publique. Parce que l’Université existe pour outiller, débroussailler et inspirer par le cogito et la recherche, des décisions individuelles et collectives éclairées.

Cette fonction, démocratique et citoyenne, elle la partage avec les médias. Ce qui justifie le partenariat de LoopHaiti avec le regroupement de chercheurs qui a organisé début juin la « Journée d’Etudes scientifiques » sur les enjeux théoriques, méthodologiques, épistémologiques et politiques de la « Sécurité et la Justice en Haïti ». La présente vidéo fait partie d’une série de neuf. Les chercheurs qui y sont interrogés aident à penser la problématique au travers de leurs recherches scientifiques.



Recevez gratuitement les dernières nouvelles locales et internationales directement sur votre téléphone :

Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur Google Play Store : http://bit.ly/1HHj2Uu

Téléchargez l’application Loop News Caribbean sur l’App Store : http://apple.co/2e3q1Lk 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :