Samedi 22 Septembre, 2018

Pour Youri Latortue, « aucun sénateur ne partira en 2018 »

Le président du Sénat Youri Latortue.

Le président du Sénat Youri Latortue.

La controverse continue à grandir concernant date du départ de 10 sénateurs censés arrivés en fin de mandat. La récente déclaration du président du Sénat, Youri Latortue  semble vouloir couper court au débat : « Aucun sénateur ne partira l’année prochaine et il ne devrait pas y avoir d’élections avant 2019 ».

Pourtant, il dit s'ouvrir à toutes discussions en vue trouver un compromis sur ce dossier. De quoi rassurer les concernés, à savoir : Antonio Chéramy, Evalière Beauplan, Nawoom Marcelus, Jacques Sauveur Jean, Carl Murat Cantave, Wilfrid Gélin, Ricard Pierre, Hervé Fourcand, Saurel Jacinthe et Francener Dénius.

La polémique est née d’un certain flou constaté dans le décret électoral de 2015 qui ne définit pas clairement la durée du mandat de ces parlementaires. Ils sont élus en 2e position lors des législatives de 2015 organisées par le conseil électoral provisoire (CEP) de Léopold Berlanger.

Le Nouvelliste a rapporté la semaine dernière la position du président Jovenel Moïse qui souhaite que ces pères conscrits quittent le Sénat en 2019 et que les élections pour renouveler le tiers du Senat soient réalisées en octobre 2018. Mais eux, ils brandissent la Constitution qui stipule que les sénateurs sont élus pour six ans, donc s’opposent que les élections aient lieu avant octobre 2019.

Alors, pour tenter de résoudre la question, des discussions ont engagées entre les pouvoirs exécutif et législatif à travers une commission mixte  composée du secrétaire général du Conseil des ministres, Rénald Lubérice, et des conseillers spéciaux du chef de l’État Liné Balthazar et Gerd Pasquet, pour l’exécutif, et les sénateurs Carl Murat Cantave, Ronald Larêche et Kedlaire Augustin pour le Sénat.

Sur Radio Solidarité, le député de Mirebalais Abel Descolines met en garde contre toute intervention du chef de l’Etat. Il soutient que ce n’est ni au président ni au parlement de se prononcer sur la question.