Dimanche 15 Décembre, 2019

À Port-de-Paix, la mairie veut réglementer l'activité des "bayakou"

La ville de Port-de-Paix/ Photo: HPN

La ville de Port-de-Paix/ Photo: HPN

Sous peine de sanctions, les vidangeurs communément appelés "bayakou" doivent désormais se faire inscrire sur un registre de la mairie, selon une communication émanant de la mairie.

Une fois de plus, la population de Port-de-Paix a eu droit à un spectacle pour le moins dégoûtant, ce lundi 2 décembre. Tôt ce matin, les citoyens se sont rendus compte que les devantures de plusieurs établissements scolaires de la ville avaient été couvertes de matières fécales par des individus non identifiés.

Le lycée Tertulien Guilbaut, l'institution Notre Dame du Perpétuel Secours (NDPS) et l'université Valparaiso sont parmi la liste des institutions déjà confrontées à cette situation.

Très remontée contre ce comportement avilissant l'image de la commune, la mairie de Port-de-Paix n'a pas mis de temps pour réagir. Les vidangeurs évoluant dans cette ville ne peuvent plus exercer sans s'inscrire sur un registre de l'administration communale qui leur délivrera en retour une autorisation de faire ce type de travail.

"Administrasyon kominal Pòtpè a, ap fè tout piblik la konnen, li entèdi pratik netwaye twalèt nan vil la san otorizasyon mèri a. Li konstate yon pratik badichonnen kèk andwa nan vil ak twalèt pou deranje lòd piblik", peut-on lire dans le communiqué sorti ce lundi et parvenu à la rédaction de Loop Haïti.

Pour parvenir à faire respecter cette mesure, l'administration communale espère bénéficier de l'accompagnement du responsable des poursuites en matière pénale. Elle "demande au commissaire du gouvernement de mettre l'action publique en mouvement contre tous ceux qui s'amusent à badigeonner les rues avec des matières fécales".

En ce sens, la justice doit mettre aux arrêts tous les vidangeurs travaillant sans une autorisation des autorités locales.

Il faut rappeler que l'un des cas les plus récent - où des gens couvrent des établissement de matières fécales - dans la Cité de Capois La Mort remonte en juin dernier. Jomar Auto Parts (Jo-Mar), une entreprise du couple présidentiel, avait été badigeonnée d'excréments humains.

Kepsen Monestime

Voici le communiqué de la mairie de Port-de-Paix sur la nouvelle mesure concernant les activités de vidange. 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :