Samedi 17 Août, 2019

Port-au-Prince et ses « Car Wash Party »

Car Wash Party à la rue d’Ennery/ Loop Haiti

Car Wash Party à la rue d’Ennery/ Loop Haiti

La saison estivale bat son plein à Port-au-Prince. Et pour marquer cette période, plusieurs activités sont organisées dans diverses rues de la capitale, dans le but de divertir les jeunes. « Car Wash Party », championnats de foot, défilés de bandes à pieds… la chaleur de l’été se ressent au cœur d’une ville qui pourtant, fait face à un climat d’insécurité grandissant.

Samedi 3 août 2019. A la rue de la réunion, non loin du Palais national, des véhicules font demi-tour. Quelques grilles métalliques dressées à l’entrée empêchent toute circulation de voiture. La voie est bloquée. Il est 4 heures de l’après-midi. Un jeune demande aux automobilistes d’emprunter d’autres chemins. Dans quelques minutes, un « Car Wash Party », ambiance très à la mode et prisée par les jeunes de la région métropolitaine, va démarrer dans cette zone.

Système de sonorisation, installation de tentes, marchandes de fritures et de boissons gazeuses… le décor est bel-et-bien planté. Sans tarder, la musique prend sa place. Et c’est le début de la fête, comme ça se passe tous les weekends (samedi et dimanche). Entretemps, un petit moteur en marche, alimenté par plusieurs récipients remplis d’eau, pousse avec pression un pulvérisateur de nettoyage de voiture. Ce dernier est piloté par un jeune garçon qui asperge les participants et même des passants.

A la rue de la réunion, presque tous les participants sont munis de leur arme à eau. Ils arrosent les uns les autres et s’amusent. C’est un jeu. Musique, danse et aspersion… ce même décor est constaté dans plusieurs autres artères comme la rue de l’enterrement, la rue d’Ennery, la rue Montalais ainsi que dans la commune de Carrefour.

 

« Un moyen de défoulement et de divertissement »

« On ne peut pas se rendre au bord de la plage dans le Sud, à cause de l’insécurité qui prévaut sur la route de Martissant. Donc, on est obligés de s'amuser tout près de chez nous », nous explique un jeune homme, l’air souriant. Une explication avancée et soutenue par plusieurs autres participants qui y voient une ambiance innovante, capable de divertir jeunes et adultes.

Pour les participants, ce modèle d'activité, quoique critiqué par certains, constitue également un moyen pour eux de se familiariser. « Lè n ap benyen ansanm nan respè youn pou lòt, sa fè nou santi, si nou mete tèt nou ansanm konsa nan lòt domèn, Ayiti ka ale pi lwen », déclare un autre jeune.

Faisons remarquer que dans les mêmes espaces où se tiennent les « Car Wash Party », des petites tables sont installées. Autour d’elles, des jeunes sont assis. Ils boivent et fument. Le décor est presque semblable, que ce soit à la rue de la réunion ou à Montalais.

Les enfants se mêlent de la partie

Les vêtements de Jeffson sont complètement mouillés. L'adolescent de 11 ans, joyeux, utilise son arme à eau et tire en direction de ses camarades, qui eux aussi répliquent avec la leur. Ici, à la rue de la réunion, les « Car Wash Party » se tiennent aussi pour les enfants. Ces derniers chantent, dansent et se déhanchent, comme des adultes.

Le défoulement est au rendez-vous. « Cette activité est aussi dédiée aussi aux enfants. A cause de leur présence, on n’accepte pas les propos grivois. On a intimé l’ordre aux DJ de ne pas diffuser des chansons aux paroles déplacées », nous explique l’un des organisateurs.

A la rue Montalais, à quelques pas du Lycée Alexandre Pétion, le décor est tout à fait particulier. Au beau milieu de la route, une piscine mobile est installée. A l’intérieur, 3 enfants nagent et se défoulent. Certains d’entre eux sont accompagnés de leurs parents ou d’un proche. A l’instar de plusieurs autres rues de Port-au-Prince, Montalais s’est transformée, ce samedi 3 Août, en un véritable parc de jeu.

 

Après car wash, défilé de bandes à pieds

Il est presque 7 heures du soir. C’est pratiquement la fin des « Car Wash Party ». De la rue d’Ennery, en passant par la rue de la réunion, Grand rue et rue Joseph Janvier, « Orijinal Bèl Bèbèt Band » défile et attire la grande foule, sans présence policière. Avec un piano installé sur un petit chariot roulant, un jeune musicien interprète des chansons connues du public. A l’unisson, les jeunes, encore mouillés chantent et se défoulent, à cœur joie.  

« On n’a pas vraiment de loisir dans le pays. Nous sommes obligés de nous défouler. Nous ne pouvons pas nous laisser emporter par le stress », lâche une jeune mère, qui a laissé sa fille chez elle. Pour son amie Andrise, participer à ces genres d’ambiance, c’est oublier pendant quelques heures les soucis de la vie. Les défilés des bandes à pieds, déroulés après les Car Wash, prennent fin jusqu’à 8 heures du soir.

La mise en garde du Chef du Parquet minimisée

« Car Wash Party », cet évènement nouveau qui attire la grande foule, fait débat dans la société. Certains critiquent déjà cette initiative qui, selon eux, contribue à la dépravation de la jeunesse haïtienne, tenant compte de certaines des pratiques lors de ces séances de défoulement. Des citoyens qui parlent de trouble à l’ordre public ont même dépose des plaintes.

Face à cette situation, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince a lancé, en fin de semaine dernière, une mise en garde aux organisateurs et participants. « La police a été instruite de sévir contre ceux dont le comportement et les agissements portent atteinte aux bonnes mœurs et à l’ordre social », avait affirmé Paul Eronce Villard, qui prévient également que les jeunes de moins de 18 ans impliqués seront appréhendés.

Une mise en garde minimisée par les fans de cet évènement, qui invitent le Commissaire du gouvernement, à s’accentuer plutôt sur des dossiers judiciaires, jugés beaucoup plus importants pour le pays, comme le massacre de La Saline, les groupes armés qui terrorisent la population entre autres.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :