Jeudi 14 Novembre, 2019

Regain de tension à Port-au-Prince et dans d'autres villes de province

Des pneus enflammés, des routes barricadées, les portes des entreprises et administrations publiques fermées : la ville de Jacmel est en ébullition. Des manifestants ont investi plusieurs endroits dont l’avenue Baranquilla où ils continuent d’exiger la démission du président Jovenel Moïse, accusé de corruption et de détournements de fonds dans le dernier rapport Petrocaribe.

Lire : Jovenel Moïse au cœur d’un « stratagème de détournements de fonds »

Outre Jacmel, la ville des Gonaïves est aussi sous tension, ont rapporté plusieurs contacts de la rédaction. Des Gonaïviens ont entamé, ce mercredi matin, une journée de mobilisation contre le pouvoir en place.

A Port-au-Prince, certaines activités commerciales avaient timidement repris ce matin, avait constaté la rédaction de Loop. Tandis que dans d’autres quartiers dont au Centre-ville, des manifestants brûlaient des pneus sur la voie publique. 

Quant à la commune de Tabarre, un climat de panique a régné du côté de Clercine, reliant la Croix-des-Missions à Butte-Boyer, carrefour Clercine et Fleuriot. La circulation des véhicules a ralenti, le commerce est encore paralysé.

A Route de frères, zone Académie de police, des opposants au pouvoir, massés dans les parages de l’institution policière, exprimaient leur colère contre le chef de l’État et réclamaient son départ quelques minutes après son intervention sur la conjoncture actuelle à l’occasion de l’anniversaire des 24 ans d’existence de la PNH.

Lire : Haïti : la route nationale numéro 1 bloquée, ce mercredi

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :