Mercredi 18 Septembre, 2019

Polémique autour des élections à la tête de la Fédération Protestante

Photo d'illustration

Photo d'illustration

A environ quelques heures du déroulement des élections pour le renouvèlement du comité exécutif de la Fédération Protestante d’Haïti, la polémique bat son plein entre les pasteurs candidats. A la présidence, des postulants sont en parfait désaccord. Si certains ont été écartés par la commission électorale, d’autres désistent et dénoncent une campagne de dénigrement.

La campagne électorale a démarré depuis environ 1 mois. Le scrutin est prévu pour ce vendredi 31 mai. En attendant, sur les réseaux sociaux ou dans les églises, les pasteurs candidats courtisent l’électorat. Dans ces élections au second degré, les membres du comité sont élus par les différentes missions, les églises ou encore les ligues des pasteurs.

Pour le renouvèlement des 9 postes au comité exécutif, une vingtaine de candidat sont en lice. Parmi eux, 6 à la présidence. Et c’est à ce niveau que le bât blesse et le désaccord se fait sentir réellement. Depuis environ 1 semaine, la grogne monte. Les hostilités sont lancées. Des pasteurs candidats s'accusent l’un l’autre.

Dans une correspondance envoyée à la commission électorale, Pasteur Samson Dorilas Dorélien, candidat à la présidence du comité exécutif, a annoncé son retrait de la course électorale. « Cette décision est fondée sur mon désaccord avec la campagne de dénigrement que certains candidats orchestrent les uns contre les autres », a justifié le pasteur titulaire de l’Eglise MEBSH de Côte-Plage à Carrefour.

Pour M. Dorelien, de telles façons d’agir ne correspondent pas à l’idéal chrétien. « Je m’en abstiens », conclu le désormais ex-candidat à la présidence du comité exécutif de la Fédération Protestante d’Haïti. Le Révérend pasteur qui appelle à un changement de cœur, regrette que la fédération fonctionne à l’image du pays. Dans la foulée, deux candidats ont été écartés par la commission électorale, pour irrégularité dans les pièces déposées.

Une situation déplorée par certains chrétiens qui pensent que c’est une honte pour le secteur protestant en Haïti. « Ce qui se déroule actuellement prouve que les intérêts personnels prennent le dessus sur les intérêts collectifs », critique Sony Lamarre. Selon l’animateur évangélique, il est venu le temps de changer d’attitude, de projeter une autre image, d’agir avec honnête et sérieux. L’écrivain appelle les électeurs à faire le bon choix, afin d’élire un comité exécutif digne de sa mission.

Léonard Edouard, Pasteur titulaire de la Première Eglise baptiste de Carrefour, ne veut pas parler de campagne de dénigrement. « Il s’agit tout simplement de la mise en application du statut de la FPH », précise-t-il. Le professeur à l’Université reste confiant quant au bon déroulement de ce scrutin. Cependant, d’autres catégories de gens abordent la question autrement. « Les campagnes de dénigrement caractérisent généralement toutes élections, même celles des chrétiens », regrette le Pasteur Lemète Zephyr, qui ne veut pas parler de « scandale ». A en croire le linguiste, cette situation est passagère et ne doit pas affecter le processus.

La Fédération Protestante d’Haïti, entité qui regroupe toutes les Eglises protestantes du pays, joue un rôle de représentation et de régulation dans le secteur. Cette structure convoitée par plusieurs pasteurs, constitue le bras politique du protestantisme en Haïti. Jusqu’à cette période électorale, la fédération est présidée par le Pasteur Sylvain Exantus, qui vient de passer 12 ans à la tête de cette entité religieuse. Son successeur sera élu pour un mandat de 4 ans.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :