Lundi 24 Février, 2020

Des Haïtiens encore une fois dans les rues contre Jovenel Moïse

Cette photo sert uniquement d'illustration à cet article. Elle n'a pas été prise lors de la manifestation de vendredi 20 septembre.

Cette photo sert uniquement d'illustration à cet article. Elle n'a pas été prise lors de la manifestation de vendredi 20 septembre.

A l’occasion de la célébration du 261ème anniversaire de Jean Jacques Dessalines, des centaines de personnes ont manifesté, vendredi 20 septembre, à travers les rues Port-au-Prince pour continuer d’exiger la démission du président de la République Jovenel Moïse.

Suite à l'appel de l'opposition pour une journée mobilisation générale contre le pouvoir en place, des centaines de personnes ont gagné les rues dans la capitale le 20 septembre, en vue d'exiger le départ du chef de l'Etat. Cette manifestation a eu plusieurs grandes branches notamment au Champ de Mars, Pétion-Ville et au Carrefour de l’Aéroport.

Tout au long de leur parcours, les manifestants ont accusé le président de la République Jovenel Moïse d’être responsable de tous les maux  que connait le pays. De ce fait, pour résoudre les problèmes, il faut absolument que l'homme du PHTK laisse le pouvoir, exigent-ils durant les protestations ponctuées par des affrontements entre forces de l'ordre et manifestants. 

Alors que les contestataires sont arrivés à l’angle de l’autoroute de Delmas et Delmas 32, des heurts ont éclaté entre des agents du Corps d’Intervention et de maintien d’ordre (CIMO) et des manifestants qui se dirigeaient vers Pétion-Ville. Ils ont été bloqués par un cordon policier. A ce moment-là, les manifestants ont lancé des pierres en direction des agents qui, à leur tour, ont répliqué à coup de gaz lacrymogène pour disperser la foule. Ce qui a attisé la colère des protestataires qui ont lancé des pierres dans toutes les directions jusqu‘à l’arrivée d’un autre groupe de manifestants conduits par le sénateur Youri Latortue au niveau de Delmas 36.

Les échanges de pierres et de gaz lacrymogènes entre les agents de l’ordre et des manifestants sur l’autoroute de Delmas qui ont duré plusieurs dizaines de minutes ont créé une véritable panique dans la zone. Avec à leur tête le dirigeant politique Volcy Assad, les sénateurs Ricard Pierre et Youri Latortue, plusieurs centaines de personnes ont repris la mobilisation pour se rendre devant le palais national en passant par le carrefour de l’aéroport, Nazon et Lalue.

Sur leur passage, les contestataires ont lancé des pierres en direction de plusieurs institutions publiques et privées avant d’être à nouveau dispersés à l’angle de Lalue et la rue Capois.

Le sénateur Youri Latortue, très remarqué durant cette journée, accuse des agents de la PNH d’avoir tiré en sa direction à l’Avenue John Brown et blessé par balle un militant politique. Il les accuse également de blesser par une balle en caoutchouc un membre de son parti politique Ayiti An Aksyon (AAA).

Le leader du parti Pitit Dessalines, Jean-Charles Moïse, et le sénateur Sorel Jacinthe qui étaient présents sur le macadam ont réitéré la détermination de l’opposition à poursuivre et renforcer la mobilisation afin d’obtenir le départ de Jovenel Moïse.

Pour les protestataires, la manifestation de ce vendredi représente un signal clair lancé à la communauté internationale qui, disent-ils, continue de soutenir Jovenel Moise très décrié en Haïti. Ils soutiennent Jovenel Moise ne peut, en aucun cas,  représenter le peuple haïtien à la 74ème session annuelle de l’assemblée générale de l’ONU la semaine prochaine.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :