Lundi 16 Septembre, 2019

Plus de femmes aux postes de décision : « fondamental», selon l’ONU

Dieudonne Luma Etienne, sénatrice de la 50e législature./Photo-Source: Loop Haiti.

Dieudonne Luma Etienne, sénatrice de la 50e législature./Photo-Source: Loop Haiti.

Dans son message à l’occasion de la Journée Internationale des Femmes, Antonio Guterres, Secrétaire Général des Nations-Unies, plaide en faveur de l’égalité des genres et des droits des femmes, « fondamentaux pour progresser à l’échelle planétaire sur la voie de la paix, de la sécurité, des droits de l’homme et du développement durable ».

« La famille des Nations Unies en Haïti est aux côtés des Haïtiennes et des Haïtiens pour accomplir les Objectifs de Développement Durable (ODD) et l´objectif d´Haïti de devenir un pays émergent à l´horizon 2030, ce qui représente l´engagement d´Haïti auprès de ses enfants et de ses petits-enfants pour un futur meilleur. La réalisation de ces objectifs n’est possible qu’avec une réelle égalité de genre et la participation des femmes et l´innovation et les nouvelles technologies offrent des opportunités pour avancer dans cette voie », a souligné le Représentant Spécial adjoint du Secrétaire Général, Coordonnateur Humanitaire et Coordonnateur Résident des 19 agences, fonds et programmes des Nations Unies en Haïti, Dr. Mamadou Diallo.

 « Penser équitablement, bâtir intelligemment, Innover pour le changement », thème retenu cette année à l’occasion de la  Journée Mondiale de la femme, « invite à réfléchir aux approches novatrices et intégrées -en incluant l´utilisation des nouvelles technologies et de la science- permettant de faire progresser l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes, notamment en ce qui concerne les systèmes de protection sociale, l’accès aux services publics et la construction d’infrastructures durables », lit-on dans une note de l’ONU, parvenue à la rédaction de Loop.

Ainsi, la famille des Nations-Unies en Haïti soutient les autorités et leurs partenaires dans une série d´activités de sensibilisation et de formation qui se dérouleront du 8 mars au 3 avril, Journée Nationale du Mouvement des Femmes Haïtiennes, poursuit la note. Les Nations-Unies en Haïti invitent à la réflexion sur le rôle des femmes comme acteurs clefs du développement durable. Selon les études de différentes agences de l´ONU, les pays qui investissent dans la participation réelle des femmes et des filles à la vie sociale, économique et politique deviennent plus prospères et plus résilients pour faire face aux désastres naturels et à d´autres crises.

Plusieurs organisations de femmes et de féministes ont déjà tiré la sonnette d’alarme sur les écarts basés sur les différences de genres, l’inégalité criante entre hommes-femmes et leur exclusion dans les prises de décisions politiques. Le principe du quota de 30%, d’ailleurs garanti par la constitution haïtienne, peine à être respecté : l’on compte seulement une sénatrice et deux députés à la 50e législature.

Forte de ce constat, une vingtaine d’organisations féminines ont exigé de prendre en compte les questions de l’égalité homme-femme dans le projet d’amendement de la commission parlementaire dirigée par le député Jerry Tardieu en mars 2018. Ce projet visait à ajuster la Loi mère du pays aux réalités socio-politiques de l’heure.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :