Vendredi 22 Juin, 2018

Plus de 80 jeunes hommes et femmes nouvellement enrôlés dans la CIMO

La 10eme promotion de CIMO presentee officiellement vendredi 13 decembre 2017. Photo: Facebook/Police Nationale d'Haiti-PNH

La 10eme promotion de CIMO presentee officiellement vendredi 13 decembre 2017. Photo: Facebook/Police Nationale d'Haiti-PNH

Après plusieurs mois de cours académiques et d’entrainements intenses, une cohorte de 81 agents de police a été officiellement présentée vendredi 13 novembre dernier. Ils devront intégrer le Corps d’Intervention et de maintien d’Ordre CIMO qui est à sa 10ème promotion.  

Le directeur général de la PNH, Michel-Ange Gédéon, a assisté à la cérémonie de graduation qui s’est déroulée dans la matinée à l'Ecole Nationale de Police. Dans ses propos de circonstances, il a fait savoir que la formation de ces agents de CIMO s’inscrit dans une logique globale de renforcement du respect des droits de la personne humaine et une sensibilisation au respect des valeurs démocratiques qui doivent traverser la police nationale d’Haiti en tant qu’institution endossant de lourdes responsabilités dans les fonctions régaliennes de l’État.

« Nos unités spécialisées sont en première ligne dans la gestion des manifestations de rue, il est donc logique qu’on leur donne des compétences professionnelles en même temps qu’un rappel des notions les plus utiles de droit et de respect des droits humains pour réduire les risques de gaffes et leurs conséquences fâcheuses », a-t-il déclaré, formulant le souhait que ces types de formation soient dupliqués.

La création du CIMO, se même que toutes les autres unités de la police administrative, a pour but « d'assurer l'ordre public ; de veiller à la sécurité publique et à la protection des personnes, des biens et des institutions publiques ; de garantir le bon ordre, la paix, la tranquillité et la salubrité dans les villes comme dans les campagnes, de prévoir en permanence et en coordination avec les autres services compétents, les besoins en renforts dans certaines circonscriptions de la vie sociopolitique du pays et de rétablir, si le cas se présente, les troubles de l'ordre public. »