Samedi 23 Juin, 2018

Plus de 64% de dépôts des banques sont en dollars us. Etzer Émile

Etzer Émile professeur économiste. Auteur du livre : "Haïti a choisi de devenir un pays pauvre"

Etzer Émile professeur économiste. Auteur du livre : "Haïti a choisi de devenir un pays pauvre"

Presqu’une semaine environ après la publication dans le journal officiel de la République d’Haïti « Le moniteur » de l’arrêté du 1 mars 2018 faisant obligation de libeller en gourdes l’ensemble des transactions effectuées sur l’étendue du territoire national, les commentaires fusent de toute part quant aux implications de cette mesure prise par l’administration Moïse-Lafontant. Pourquoi cette préoccupation soudaine du gouvernement haïtien pour la monnaie nationale ? À quoi faudrait-on s’attendre de ce bras de fer instauré comme conditions dans les transactions commerciales ?

En effet, l’économiste Etzer Émile également  professeur à l’université et auteur du livre à succès “Haïti a choisi de devenir un pays pauvre” est désigné pour éclairer les contours de cette question jusque-là effleurer par plus d’un, mais n’abordant pas les aspects fondamentaux de lesquels assureront une meilleure compréhension de la situation financière du pays.


1. Loophaiti Pensez-vous que cette mesure du gouvernement peut contribuer à la valorisation de la gourde face au dollar us ?

E.E. Je ne dirais pas valorisation mais créer moins de pression sur la gourde peut favoriser à long terme un certain équilibre, conduire à la stabilité dans les échanges.  Cependant, à moyen terme il y a aura toujours de petites paniques, une certaine tendance d’évaluer à la hausse le taux d’échange. Tout compte fait, l’avantage d’avoir une monnaie unique c’est que cela engendre moins pressions dans la vie de tous les jours, donc moins de spéculation sur la monnaie étrangère. En clair, je ne dirais pas que cette mesure va augmenter la valeur de la gourde mais on peut s’attendre toujours à une stabilité relative à long terme.


2. Loophaiti. Que pouvez-vous nous dire de ce concept "dedollarisation" ?

E.E. La dedollarisation c’est le fait qu’un pays utilisant le dollar (monnaie étrangère)  partiellement ou totalement dans son économie c’est-à-dire dans les transactions décide de soustraire à l’utilisation de cette monnaie. D’une manière générale, la dedollarisation ne concerne pas uniquement  le dollar car il implique le processus de ne plus utiliser une monnaie étrangère.

En somme, nous sommes dans un processus puisque le dollar est toujours présent dans l’économie et qu’en plus cette mesure n’est pas encore effective. Nos comptes en banques sont toujours dollarisés, plus de 64 % des dépôts totaux des banques commerciales sont en dollars us.


3. Loophaiti À quoi peut-on s'attendre en termes de retombées à la fois positives et négatives pour l'économie haïtienne ?

E.E. Il ne faut pas être enthousiaste à cette idée (décision du gouvernement de libeller les transactions uniquement en gourde). À la rigueur que l’on peut espérer une meilleure stabilisation à long terme en matière de prix et de change en Haïti. Ce serait là un cadre figure intéressant pour réduire les risques énormes d’anticipation et le haut niveau d’incertitudes dans l’économie. S’attardant un peu sur ce point, il importe d’être réaliste parce que cette mesure se saurait engendrer la création de plus d’emplois, ni la croissance économique, encore moins l’augmentation des exportations.

Nous n’allons pas se jeter dans des conclusions hâtives sur les retombées positives et négatives de l’entrée en vigueur de l’arrêté. Ceci dit, le comportement des agents économiques peut varier à tout moment alors attendons de voir comment cela va se passer.


4. Loophaiti Que diriez-vous de la lettre du secteur privé des affaires qui exprime leur mécontentement face à l'entrée en vigueur de cette mesure de l’État haïtien épaulé par la publication  à effet immédiat de l’arrêté du 1er mars 2018 ?

E.E. Concernant la lettre du Forum économique du secteur privé des affaires, je m’abstiens de tout commentaire parce que c’est le duel de deux pouvoirs. En ce sens, je laisse le Forum régler ces différends avec l’État haïtien.


5. Loophaiti Est-ce que cette décision du gouvernement haïtien vous apparaissait la mesure la mieux appropriée compte tenu du fait que même l'État dans certains cas effectue des transactions dans la devise étrangère en vue de faciliter l'avancement et l'exécution des travaux de certains grands chantiers ?  

E.E. La mieux appropriée ?  Je me le demande encore. Mais l’important, c'est qu'on n’a pas 10 choix. Soit on régularise ou on laisse continuer le désordre. Désolé de le dire, on est dans l’un des rares pays de la zone avec une double circulation.

Je suis en partie d’accord avec cette décision. En revanche, si les règles d'application de cette mesure sont définies alors il s’est avéré très inopportun qu’on ne dispose pas assez de détails ni d’assez de temps pour un éventuel ajustement de la situation.


6. Le staff  Loophaiti vous remercie d’avoir consacré un peu de votre temps pour répondre à nos questions et nous espérons à l’avenir continuer à bénéficier de votre expertise dans le domaine de l’économie.

E.E. Ce fut un plaisir de répondre aux questions de Loophaiti

Kepsen MONESTIME