Lundi 22 Octobre, 2018

2 nouveaux centres d'achat de déchets plastiques en Haiti

Un collecteur ramasse des déchets plastiques avant le passage de l'Ouragan Irma. Photo : LoopHaiti

Un collecteur ramasse des déchets plastiques avant le passage de l'Ouragan Irma. Photo : LoopHaiti

Les 29 et 30 janvier, Plastic Bank, une organisation spécialisée dans la collecte et le recyclage des matières en plastique, a inauguré, en collaboration avec Henkel et Million Changes, deux nouveaux centres de collections à Port-au-Prince. L’un est situé à Croix-des-Bouquets, l’autre à Cité Soleil, au Camp des handicapés.

En Haiti, les déchets en plastique encombrent les rues, l’océan et les égouts. Sur les cours de récréation, à la plage ou sur les places publiques, ces matières encombrent nos pas.  C’est une bonne chose de savoir qu’une partie de la population, consciente des dégâts pouvant naitre de cette réalité, tente désespérément de changer les choses.  Mais la mauvaise nouvelle est que pour ce faire, le plus souvent, les gens jettent ces déchets au feu et en plein air, ce qui constitue une vraie source de pollution.

Les risques sont très connus. Et les enjeux y relatifs font d’ailleurs l’objet de débats dans les medias et les grands forums internationaux. Mais comment remédier à cette fâcheuse évidence, surtout dans un pays comme Haiti ? C’est à cette question que l’équipe de Plastic Bank et ses partenaires s’attèlent depuis trois ans à apporter réponses et solutions.

En trois ans et avec plus d’une trentaine de centres de collections dont la majorité est à Port-au-Prince, l’organisation a déjà collecté, selon les responsables, pas moins de 144 millions de bouteilles en plastique en Haiti, équivalant à 8 millions de livres de plastique en moins dans l’environnement. « Et on ne fait pas que ramasser les déchets pour les recycler », souligne Sephora Pierre-Louis, responsable de la section de Développement pour Haiti de l’organisation Plastic Bank.

Avec 20% des centres dans le Nord, 10% dans le Sud-Est et 12% dans le Sud, Plastic Bank engage plusieurs dizaines de collecteurs à travers le pays. Et ces derniers, hommes et femmes, d’âge varié, font d’une pierre deux coups dans le cadre de leur exercice. « Non seulement, ils participent à nettoyer leur environnement, mais aussi, avec les matières en plastique qu’ils ramassent et rapportent aux Centres de collections, ils se créent une source de revenue et gagnent de quoi subvenir aux besoins de leur famille », soutient Pierre-Louis.

« Auparavant, on brulait les déchets plastiques, ce qui n’était pas bon pour notre santé. D’autre part, ces déchets allaient directement dans la mer où ils sont consommés par les poissons que nous allons consommer après », fait savoir Mesmin Louis Jeune, manager de projet pour Plastic Bank en Haiti. Il rajoute que « l'idée est de collecter le plastique et le rendre utile au lieu de le laisser aller dans la mer ou dans nos rivières ».

Lors d’un cocktail de bienvenue organisé le dimanche 28 janvier, en présence notamment du CEO de Plastic Bank,  David Katz, de la représentante du Centre de recyclage HaiPlast Recycling, Duckencia F. Bourdierd, président de la Fondation 5 Etoiles, Leveillé Rodaldin, plusieurs citoyens ont témoigné du bienfait du programme non seulement sur l’impact sur l’environnement mais sur la vie de ceux qui y participent. C’est le cas de Dieufaite Joseph, de la Cellule de réflexion des Handicapés de l’Ouest (CEREAHOP), des représentants de la Mairie et du Député de Cite Soleil, de Croix des Bouquets…

Si, sur les 8 millions d’habitants d’Haiti, « 50% de la population consommait une boisson en bouteille plastique par jour, cela ferait au moins 40 millions de bouteilles lâchées dans la nature chaque jour », estime une responsable de la section de Développement pour Haiti de l’organisation Plastic Bank.

Avec les efforts des collecteurs qui ramassent les plastiques dans les rues des différentes villes du pays, un pas considérable est fait vers l’assainissement de l’environnement haïtien. Des citoyens ont témoigné du changement que leur participation dans ce projet de « konbit plastik » a apporté dans leur vie respective. Si plus d’un trouvent que l’initiative de Plastic est louable, beaucoup se demandent combien cela rapporte en termes de retombées économiques, sachant qu’une fois arrivé aux centres de collections, le plastique est recyclé et vendu.