Dimanche 20 Septembre, 2020

Pierre Negaud Dupenor, un intellectuel haïtien à la croisée d’un échange professionnel aux États-Unis

Pierre Negaud Dupenor, à Arizona, aux États-Unis dans le cadre du programme d'échange professionnel Hubert H. Humphrey Fellows 2019-2020. Crédit photo/PND

Pierre Negaud Dupenor, à Arizona, aux États-Unis dans le cadre du programme d'échange professionnel Hubert H. Humphrey Fellows 2019-2020. Crédit photo/PND

Par Websder Corneille

Pierre Negaud Dupenor participe actuellement à un programme d’échange professionnel à Arizona, aux États-Unis. L’objectif personnel qu’il s’est fixé c’est d’agrandir son réseau professionnel en communication et développement, son terrain académique de prédilection. Ce qui lui permettra de mettre en place des actions concrètes en Haïti, à son retour. Ambitieux mais humainement possible pour un habitué de grands combats, ancien locataire de France et Venezuela.

Contributeur régulier de médias publiés dans la langue de Cervantès (Telesurtv avec laquelle il a collaboré pendant deux ans au Venezuela, par exemple), il part actuellement à la chasse de la langue de Shakespeare considérée, à ses yeux, comme le parler de la mondialisation. « L’anglais est indispensable aujourd’hui, voire capital. Donc, je travaille à parfaire mes compétences linguistiques dans cette langue », lâche-t-il tout de go, sans fioriture dans le discours.

Difficile de savoir s’il deviendra un « near-native speaker » (locuteur très performant dans une langue étrangère pou seconde) à la fin du programme Hubert H. Humphrey Fellows auquel il prend part jusqu’au mois de juin 2020 à Arizona, il va sans dire toutefois qu’il fera acquisition d’une compétence linguistique adéquate pour participer activement dans les classes et répondre aux exigences qui lui sont faites en tant que bénéficiaire du programme qui couronne sa 40e bougie cette année.

« Humbert est un programme d’échange professionnel, destiné aux personnes en milieu de carrière, soit 5 ans au plus dans un domaine spécifique », explique la pépite de la promotion 2003-2007 à la Faculté des Sciences Humaines (FASCH). « À la fin de la session, les participants n’auront droit à aucun diplôme académique mais un certificat qui sera signé par le président américain », prévient-il.

Certes serré, le processus de qualification ne se révélait pas tant une casquette chinoise pour Dupenor. L’expertise qu’il a acquise au sein des plus grands organismes caritatifs en Haïti (FAO, USAID, etc.), la rigueur méthodologique dont il s’est fait montre à l’Université d’Etat d’Haïti en tant qu’enseignant-chercheur, lui ont permis d’être l’antichambre d’une pareille distinction si périlleuse que la route puisse paraitre pour plus d’un.   

« C’est un programme très recherché, très compétitif, reconnait-il. Sur 5,000 postulants, environ 100 ou 150 personnes sont retenues ». De quoi faire lécher la lèvre supérieure. Mais non. Il préfère le profil bas, évoquant ses attentes qui est de renforcer ses compétences dans le domaine de la stratégie de communication, du leadership management et développement en coopération internationale qui sont, entre autres, ses domaines de travail et background académique. Lui qui est détenteur d’un master in Economic and Social Administration, International Management of territories, and Social Communication.

Au cours de ce séjour académique, les participants s’échangeront avec des professionnels et institutions aux USA dans leur champ respectif, enrichir leur expérience, et, en même temps, s’immerger dans la culture américaine pas seulement de manière académique et professionnelle, nous apprend-il.

Ils participeront, tout d’abord, au « local professional affiliation », une composante du programme. Ce stage leur permettra de séjourner dans des institutions locales pendant trois ou quatre semaines pour un partage d’expérience et de connaissance avec des professionnels sur place.

Après, ils procèderont à la deuxième composante qui est la « non-local professional affiliation » ou ils vont délaisser l’Etat d’Arizona à destination d’un autre état (Field trip) pour une durée de six semaines ou plus afin de dupliquer l’expérience précédente. Toutes ces précisions émanent de lui.  

À l’heure qu’il est, Pierre Negaud Dupenor se prépare à se rendre à Washington pour participer à un atelier sur le leadership management, également rencontrer les officiers diplomatiques et consulaires d’Haïti qui siègent en permanence là-bas. En groupe, il en profitera de ce périple pour visiter les locaux de  la Voix de l’Amérique.  

Chaque déplacement lui apparait une aubaine pour mieux appréhender la culture américaine,  apprendre tout ce qu’il faut de leadership, marketing social, digital, et éveiller sa curiosité sur le pourquoi le pays de l’Oncle Sam occupe le premier rang mondial, pour reprendre ses mots propres. Reste à savoir si le désir sera en entier comblé à la fin du séjour académique.

Twitter : @webscorneille

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :