Jeudi 24 Janvier, 2019

Il serait bientôt possible de prédire un tremblement de terre en Haïti

Capture d'écran de l'émission Le Point de la Radio Télé Métropole

Capture d'écran de l'émission Le Point de la Radio Télé Métropole

Selon Terry Jensen, spécialiste américain en géologie, il existe de nos jours un système, pour l’heure expérimentale, qui peut prédire un tremblement de terre 48 heures à l’avance et qui serait capable de donner des détails précis concernant le lieu du séisme, sa force de frappe, sa magnitude et les zones qui seront touchées. Le Directeur des opérations de la Caraïbe compte expérimenter ce projet en Haïti et démontrer au gouvernement haïtien que le système est fiable et fonctionnel.

Sur les recommandations de l’ingénieur Claude Prépetit avec qui Terry Jensen et Pierre Richard Cornely travaillent d’arrache-pied pour démontrer cette technologie en Haïti, c’est le département des Nippes (où une zone sismique très active est identifiée) qui bénéficiera de la « première installation gratuite » des équipements dont le coût total est estimé à plus de 500, 000 dollars, selon les explications fournies par le géologue, participant à l’émission Le Point de Télé Métropole.

Certes, les séismes ne sont pas prévisibles. Le meilleur des réflexes est de se préparer quant à l’éventualité d’une catastrophe, comme aime à le répéter M. Prépetit. Mais de nos jours, il existe des méthodes très avancées, déjà expérimentées (dans des pays comme le Pérou, le Mexique, le Guatemala, l’Italie, le Japon), qui permettent de prédire la catastrophe, à partir des signaux enregistrés sur les bases de données stockées pendant une période allant de trois à six mois, font savoir les experts.

Et cette technologie qui fonctionne à énergie solaire, n’est pas uniquement terrestre. Six satellites particuliers seront reliés à elle et aux appareils sur place, révèle Jensen. Un système de communication peut être établi par l’une des compagnies locales de télécommunications pour transférer les données aux centres d’analyse. Ce système est basé sur 22 signaux pré-sismiques détectables et des logiciels d’apprentissage reconnaitront les signaux au bout de trois à six mois avant d’affirmer qu’un séisme va toucher le pays.

« Pour le moment, c’est un système de recherche, une preuve de concept où l’on va démontrer au gouvernement que ce système peut marcher », indique Pierre Richard Cornelly. Après les Nippes (Miragôane, Paillant, Anse-à-Vau) identifié pour la phase-pilote du programme, c’est le Nord qui bénéficiera de l’implémentation pleine du programme.

Pour le projet pilote, c’est Géo-cosmo, compagnie américaine spécialisée dans la prédiction des tremblements de terre, qui prendra en charge les dépenses, ainsi que l’acquisition des appareils et non l'Etat haïtien. Les techniciens qui interviendront dans l’installation des équipements et les frais de mise en place seront aussi au compte de la compagnie. Géo-cosmo n’est pas seul dans cette démarche : elle a l’aval du Bureau des mines et de l'énergie (BME) qui, lui en retour, travaille sous la tutelle du ministère des Travaux Publics, Transport et Communication dans le cadre de la mise en en œuvre du projet, indique Cornelly.

Mais, selon les internants, le soutien des autorités concernées et compétentes (Ministère de l’Intérieur, Ministère de la Santé Publique et de la Population…) est nécessaire à la réduction des risques que la catastrophe peut entraîner. Et les instances doivent elles-aussi mettre en place un mécanisme d’évacuation et de protection pour venir en aide aux victimes.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :