Jeudi 5 Décembre, 2019

Petrocaribe : nouveau sit-in devant le palais de justice de P-au-P

A l’initiative du réseau des plaignants Petrocaribe, un sit-in a été organisé, ce jeudi 18 juillet, devant les locaux du palais de justice de Port-au-Prince, au Bicentenaire. Il s’agissait d’un mouvement qui visait à continuer d’exiger la récusation du juge Ramoncite Accimé instruisant le dossier Petrocaribe.

Ils estiment que le magistrat n’a pas de moralité pour prendre des décisions conséquentes dans le cadre de l’affaire Petrocaribe notamment en raison de ses relations avec des manitous du parti haïtien Tèt kale (PHTK), citant le fait qu’aucune mesure d’interdiction n’a été prise en l’encontre des personnes dont les noms sont cités dans la dilapidation des fonds vénézuéliens.

Les protestataires dénoncent l’augmentation de l’insécurité dans le pays notamment au niveau du département de l’Artibonite où se réfugie depuis plusieurs mois le puissant chef de gang Arnel Joseph.

Rappelons que le juge d’instruction Ramoncite Accimé a émis des mandats de comparution à l’encontre de deux anciens Premiers ministres et cinq (5) ministres. Jean Max Bellerive, ex-PM de 2009 à 2011 et également titulaire du MPCE sous la présidence du feu René Préval et Laurent Salvador Lamothe, ancien PM et ministre de planification de Michel Joseph Martelly doivent comparaitre au cabinet d’instruction respectivement les 19 et 25 juillet 2019.

L’ex-ministre de la planification et de la coopération externe Yves germain Joseph doit se présenter au carré du magistrat, le 31 juillet, l’ex-ministre du tourisme Stéphanie Balmyr Villedrouin, le 5 août alors que l’ex-titulaire du ministère des travaux publics transport et communication Jacques Rousseau doit, lui, se rendre au cabinet d’instruction, le 7 du même mois.

Wilson Laleau, ex-ministre de l'économie et des finances sous Martelly et ex-chef de cabinet du président Jovenel Moïse, est attendu le 25 juillet, à la même date que Marie Carmelle Jean-Marie, elle aussi ancien ministre de l'économie et finances.

Des plaignants dans le cadre de l’affaire PetroCaribe, réclament depuis plusieurs mois que le magistrat instructeur se déporte du dossier en raison de ces connivences avec les manitous du parti haïtien Tèt Kale (PHTK) indexés dans la dilapidation des fonds PetroCaribe. La semaine dernière, le responsable du secteur dit démocratique et populaire Me Michel André avait fait état de son intention d’adresser une requête au juge pour exiger son déport.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :