Mercredi 20 Février, 2019

Petrocaribe: « Le rapport de la CSC/CA ne mènera le pays nulle part »

Photo : Le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince Me Stanley Gaston - Crédit Photo : Radio Négritude

Photo : Le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince Me Stanley Gaston - Crédit Photo : Radio Négritude

Petrocaribe : le rapport de la cour des comptes ne mènera le pays nulle part, selon Me Gaston

Le bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Me Stanley Gaston a livré sa compréhension sur l’enquête sur le dossier Petrocaribe réalisée par la cour des comptes et du contentieux administratif dont le rapport a été soumis au sénat de la République le 31 janvier. Contrairement aux avis de divers acteurs de la vie nationale, selon lesquels le rapport du tribunal administratif est un pas vers la bonne direction, pour le numéro 1 des avocats de la capitale, c’est un document qui ne mènera le pays nulle part sur le plan judiciaire.

Selon le défenseur de l’ancien Premier ministre Laurent Lamothe dans cette affaire, le rapport de la Cour des comptes permet uniquement de débroussailler le terrain et de mieux comprendre le dossier de la dilapidation des fonds Petrocaribe. « C’est une décision unilatérale, c’est-à-dire un document administratif », précise le bâtonnier.

Me Gaston fait remarquer que la cour des comptes par le biais de sa chambre financière doit œuvrer afin de produire des arrêts de débet ou de quitus dans le cadre d’une procédure contradictoire en ce qui concerne les directeurs généraux. Quant aux anciens ministres, le parlement devra s’ériger en haute cour de justice afin de se prononcer sur leurs gestions avant de les livrer aux tribunaux de droit commun pour être jugés, s’il est révélé qu’il y eu malversations pendant leur administration.

En ce qui a trait aux propriétaires d’entreprises qui seraient impliqués dans la dilapidation des fonds Petrocaribe, ils peuvent être directement livrés aux tribunaux ordinaires, a avancé Me Gaston.

« Les personnalités mises en cause dans le cadre de l’affaire Petrocaribe ont de grands moyens financiers. Elles pourront engager des cabinets d’avocats haïtiens et étrangers pour assurer leur sécurité. Et, dans ce cas, les procédures seront interminables ». Des arguments avancés par Stanley Gaston pour justifier ses propos.

Le bâtonnier prévient que si les autorités négligent ces conseils, Haïti est partie pour un procès qui pourrait durer jusqu’à 30 ans.

Par ailleurs, Me Gaston dit douter d’une volonté politique réelle pour faire aboutir à la tenue du procès Petrocaribe. « Les autorités font semblant d’agir dans le cadre de ce dossier en raison des pressions populaires. Elles ne font que se dérober! Rien que ça », a-t-il martelé.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :