Samedi 17 Août, 2019

La démarche de Moïse auprès de l’OEA, "un manque d'égard au peuple"

Petrocaribe : la démarche de Jovenel Moïse auprès de l’OEA, un manque d’égard au peuple haïtien, selon Éric Jean baptiste   

Petrocaribe : la démarche de Jovenel Moïse auprès de l’OEA, un manque d’égard au peuple haïtien, selon Éric Jean baptiste   

Petrocaribe : la démarche de Jovenel Moise auprès de l’OEA, un manque d’égard au peuple haïtien, selon Éric Jean baptiste   

La déclaration du président de la République Jovenel Moïse dans les colonnes du journal américain Miami Herald relative à son intention de faire appel à une commission de l’Organisation des États américains en vue de mener une enquête dans le dossier PetroCaribe a vite enflammé la toile. Des réactions jaillissent comme une fusée.

En conférence de presse, ce mardi 16 juillet 2019, le secrétaire général du Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RNDP) Éric Jean Baptiste dénonce le chef de l’Etat. Il qualifie cette démarche de manque d’égard envers le peuple haïtien.

L’homme d’affaires maintient la position de son parti appelant à une entente nationale pour débloquer la situation. « Le compromis politique est indispensable à la résolution de la crise à laquelle le pays est confronté. Il faut aller vers tous les secteurs pour mettre sur pied un comité largement participatif pour sauver le pays », conseille l’ancien candidat à la présidentielle de 2015.

En dépit du fait que son départ est réclamé quotidiennement, Éric Jean-Baptiste estime que Jovenel Moïse reste un président constitutionnellement élu et qu’il doit être partie prenante dans la recherche de ce compromis. « Une seule personne ne peut pas symboliser le système tant décrié, Jovenel Moïse est un Haïtien, sa place est sur la table des discussions », indique l’homme d’affaires qui s’en est pris au passage au sénateur Nenel Cassy qu’il surnomme d’ailleurs « sénateur BMPAD ».

Une bonne partie de la classe politique symbolise. Il faut attaquer tous ceux qui sont impliqués à faire de ce pays en enfer. Les membres de l’administration de René Préval, ceux du premier et du deuxième mandats de l’équipe PHTK, des membres de la présidence provisoire de Jocelerme Privert et y compris la communauté internationale, tous, ils ne  défendent que leurs intérêts, a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, Éric Jean-Baptiste déclare être l’objet de menaces de toutes sortes de la part de secteurs bien déterminés en raison de ses actions et prises de positions politiques. Ces menaces viennent suite à ses révélations concernant la volonté de certains membres de l’opposition de blanchir des dilapidateurs des fonds PetroCaribe. 

Concernant l’insécurité générale qui bat son plein en Haïti, le secrétaire général du RDNP exprime ses vives préoccupations. Il s’est notamment montré préoccupé par le climat de terreur qui s’installe au centre-ville de Port-au-Prince déplorant l’insouciance selon lui de la société particulièrement des autorités face aux actions des gangs armés dans le quartier de la Saline et au niveau de la périphérie sud de la capitale.

Éric Jean-Baptiste exhorte les instances concernées à assumer leurs responsabilités.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :