Jeudi 12 Décembre, 2019

#PetrocaribeChallenge: Les challengers ont marché à Port-au-Prince

La marche contre la dilapidation du fonds Petrocaribe à Port-au-Prince s'est déroulée sans incident regrettable. Plusieurs milliers de participants ont marché de Carrefour Aéroport à la place de la constitution au champ de mars.

L'évènement annoncé sur la toile a encore une fois réuni des challengers désireux d'exiger le procès des dilapidateurs du fonds Petrocaribe. L'invitation a été lancée seulement 4 jours plus tôt. Une grande mobilisation a été ressentie autour de l'événement.

Dimanche 2 septembre, 10ham comme annoncé par les organisateurs, le point de rassemblement -  Carrefour Aéroport, sous le viaduc - est bondé de monde. Quelques minutes plus tard, ceux qui sont identifiés comme des leaders de la marche donnent le coup d'envoi. Les revendications restent les mêmes, du moins, tournent autour du Petrocaribe, toujours avec un peu plus de créativité.

Présence policière assurée, les manifestants ont pacifiquement marché le long du parcours, en passant par Lalue. A Nazon, l'un d'eux a essayé de perturber un culte à l'église de Dieu de Nazon, sous prétexte d'inviter les fidèles à marcher avec lui. Scène qu'il a répétée à Lalue, avant d'être encore une fois empêché par des leaders du mouvement.   

Au Champ de mars, c'est pratiquement la fin du parcours, jugé trop court par certains manifestants qui souhaitaient continuer jusqu'au bicentenaire. Sur la place de la constitution, c'est un autre rassemblement, où des retardataires ont à peine rejoint la foule. A l'instar du sit-in du vendredi 24 août, la grande foule des Petrochallengers ont passé plus d'une heure en scandant " Mare yo" (Arrêtez-les) ou encore " Petro Ciao" entre autres slogans qui constituent les hymnes de ce mouvement.  

Cette marche du mouvement Petrocaribechallenge, parallèlement aux autres marches organisées par d'autres organisations de la société civile, s'est déroulée sans casse et sans incident majeur, hormis les pneus enflammés remarqués à quelques mètres du rassemblement au champ de mars.  

Les villes d'Aquin et de Port-de-Paix et la commune de Carrefour annoncent leur mobilisation pour cette semaine qui débute. La ville du Cap-Haitien, sous l'eau ce samedi 1er septembre après quelques heures de pluie, annonce aussi une deuxième phase de sa mobilisation pour exiger que lumière soit faite sur l'utilisation par les fonctionnaires de différentes administrations, des fonds Petrocaribe, laissant pour la postérité, une lourde dette.

Selon l'économiste Eddy Labossière, le budget de la dette représente 14% du projet de loi de finances 2018-2019. Loin devant l'agriculture, 6.5%, l'éducation 12% et la santé 7%. Ce qui fait de la dette, selon lui, la priorité de l'Etat haïtien.  

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :