Jeudi 17 Octobre, 2019

Pénurie de carburant : les patients de l’HUEH en font les frais

L’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti (HUEH) est quasiment paralysé depuis plus de trois jours. Conséquences des mouvements sociaux organisés pour protester contre la grave pénurie d’essence dont souffre le pays depuis environ un mois.

L’Hôpital général dessert une grande majorité de la population dont des patients souffrant de graves pathologies. Les patients rencontrés au plus grand centre hospitalier du pays expriment leurs souffrances devant cette situation qui vient aggraver le fonctionnement de l’hôpital évoluant déjà dans des conditions précaires.

De plus, de fortes détonations d’armes à feu retentissent de temps en temps aux alentours de l’hôpital créant ainsi la panique. « Nous sommes seuls ici. Nos parents ne peuvent pas nous visiter. Ils ne peuvent pas nous apporter de la nourriture. Le personnel médical n’est pas sur place », lamentent certains malades lors d’une visite des lieux, ce mardi 17 septembre 2019.

 Au service d'orthopédie, ce père de famille ne cache pas son désarroi. Son fils a un problème au niveau du cœur. S’il a la chance de trouver un médecin pour soigner son enfant, il ne peut toutefois faire les examens en raison de l’absence des techniciens de laboratoire qui ne peuvent traverser  les barricades dressées à travers les rues de la capitale pour dire non à la pénurie de carburant.

La situation de ce patient admis à l’HUEH depuis samedi dernier n’est pas différente. Il a une jambe cassée. Il a déjà fait l’acquisition des médicaments qui lui ont été prescrits afin de l’intervention chirurgicale qu’il devait subir.

Des personnes vivant avec le VIH qui étaient venus chercher leurs médicaments si indispensables s’inquiètent. « Tout est bloqué. Nous sommes ici pour chercher nos médicaments. Mais hélas! Nous sommes obligés de rentrer chez nous bredouilles. Nous sommes sans espoir sans les médicaments, se plaint cette malade.

Les quelques rares médecins rencontrés dans l'enceinte de l’HUEH expliquent que seuls les services d'urgence et de maternité sont fonctionnels.

La pénurie de produits pétroliers qui a occasionné les mouvements de protestation affecte également les hôpitaux privés. C'est le cas par exemple de l'hôpital Saint-François de Sales situé au Centre-Ville, explique Patrick Michel, le directeur administratif et financier de ce centre hospitalier.

Cette crise impacte d’autres secteurs d’activités. 

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :