Mardi 10 Décembre, 2019

« Passerelle »: le nouveau-né de la société civile et du secteur privé

Une centaine d’organisations de la société civile et du secteur privé, appellent le président Jovenel Moïse à démissionner, pour faciliter un dénouement à la crise politique actuelle. En ce sens, ces différents secteurs ont signé une déclaration conjointe et proposent « Passerelle », pour faciliter un départ ordonné du chef de l’Etat.

Cette structure composée de sept (7) membres représentatifs des organisations signataires de la déclaration, a d’abord appelé le chef de l'Etat à reconnaître « la faillite de sa gestion de la chose publique ». Pour cela, ces divers secteurs comme les organismes de défense des droits humains, les principales associations patronales, les syndicats, des organisations paysannes, des acteurs universitaires et de la société civile, ont invité solennellement Jovenel Moïse à remettre sa démission.

En ce sens, la structure dénommée « Passerelle », se propose de favoriser un départ ordonné du président et mieux gérer la transition. Pour sortir le pays de cette grave crise politique, ces organisations appellent les parlementaires à faire également des sacrifices et reconnaître la faillite de la 50e législature. Ils leur demandent de constater la caducité du Parlement, en renonçant collectivement et immédiatement à ce qui reste de leur mandat. Dans un document de huit (8) pages parvenu à notre rédaction, les initiateurs invitent tous les compatriotes de la société civile, à participer à l’établissement d’un accord politique qui doit aboutir à la mise en place et l’accompagnement d’une transition pacifique et ordonnée ».

Aussi, « Passerelle » exhorte l'opposition politique à faire preuve de patriotisme en sacrifiant leur intérêt personnel au profit de l’intérêt national. Dans cette déclaration, les organismes signataires plaident en faveur de la mise en place d'un gouvernement de sauvetage national, avec pour missions de rétablir l’ordre public, faire le retrait de la nouvelle carte d’identification nationale, organiser des élections générales, libres, transparentes et honnêtes.

Cette nouvelle équipe gouvernementale doit s’atteler également à redresser l’administration publique, assurer la mise en œuvre d’un programme d’urgence au bénéfice des groupes les plus vulnérables, mais aussi, faire le suivi des dossiers liés à la gestion des fonds PetroCaribe et de tout autre dossier relatif à la corruption et au détournement des biens publics entre autres…

Notons que les membres de « Passerelle » se proposent comme interface pour faciliter, dans un délai ne dépassant pas un (1) mois, la construction d’une entente politique de transition entre les forces sociales et politiques du pays engagées pour le changement.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :