Jeudi 12 Décembre, 2019

Pas de trêve pour la Noël, l’opposition regagnera les rues dès jeudi

Des manifestants de l'opposition qui déferlent sur la route de l'Aéroport, au début du mois d'Octobre 2019. Photo: Loop Haïti.

Des manifestants de l'opposition qui déferlent sur la route de l'Aéroport, au début du mois d'Octobre 2019. Photo: Loop Haïti.

Les principaux dirigeants de l’opposition ont présenté un nouveau calendrier de mobilisation anti-Jovenel Moïse sur tout le territoire national. En conférence de presse 1e décembre, les membres de l’Alternative Consensuelle pour la Refondation d’Haïti ont annoncé des manifestations pour les 5 et 6 décembre prochain, d’abord aux Gonaïves et à Port-au-Prince.

« Tous les groupements, regroupements et partis politiques membres de l’opposition seront présents aux Gonaïves le 5 décembre prochain pour cette grande manifestation », ont informé les opposants au pouvoir en place. Dans la Cité de l’indépendance, il sera question d’exiger à nouveau la démission du président Jovenel Moïse. « Toutes les dispositions sont prises pour la tenue de ce mouvement populaire », a déclaré le sénateur de l’Artibonite, Youri Latortue, qui dénonce « un complot » et des « tentatives d’intimidation » visant à le boycotter.

Les opposants au pouvoir en place annoncent aussi pour le vendredi 6 décembre, l'organisation d'une grande marche qui doit aboutir devant les locaux de l’ambassade des Etats-Unis, sis à Tabarre. L’objectif, selon le porte-parole du secteur démocratique et populaire, André Michel, est de « rappeler au gouvernement américain la position de l’opposition de ne plus s’asseoir avec le chef de l’Etat ». Cette marche dénommée « marche de la dignité et de la souveraineté nationale » sera occasion pour les manifestants de demander aux Américains de se désolidariser d'avec Jovenel Moïse.

« Il n’y aura pas de trêve pour les fêtes de fin d’année ! », déclare André Michel. Le membre influent de l’opposition qui minimise la venue prochaine de la délégation américaine attendue au début de ce mois. Selon Me Michel, « la population ne peut pas fêter la Noël, en raison de la situation politique et économique actuelle ». L’homme de loi qui invite les parents à garder leurs enfants chez eux, appelle les militants à travers tout le pays à renforcer la mobilisation.

Rappelons que les manifestations antigouvernementales connaissent une baisse dans la région métropolitaine de Port-au-Prince et dans les villes de province. Dans la capitale haïtienne ce lundi 2 décembre, les activités ont repris. Le petit commerce, la circulation, les grandes entreprises… tout fonctionne presque comme à l’accoutumée. Certaines écoles privées ont même reçu des élèves.

Toutefois, au Champs-de-Mars, des heurts ont été éclatés entre forces de l’ordre et quelques militants qui tentaient de dresser des barricades sur la chaussée. Les agents du CIMO ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser ces manifestants, massés aux abords du Musée du Panthéon National Haïtien (MUPANAH). Et sur la route nationale #2, à hauteur de Mariani, la situation était tendue, tôt ce lundi. Un véhicule a été incendié, bloquant ainsi la circulation sur cette voie, pendant une bonne partie de la journée.

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :