Lundi 21 Octobre, 2019

« Pas de cohabitation possible avec Jovenel Moïse », dixit Chéramy

Le sénateur Antonio Chéramy

Le sénateur Antonio Chéramy

Le sénateur Antonio Chéramy dit « Don Kato », déclare qu’aucune cohabitation n’est possible avec le président Jovenel Moïse. L’élu de l’Ouest souligne que « toute solution à cette crise politique passe inévitablement par la démission du chef de l’Etat ». Le parlementaire de l’opposition menace de boycotter à nouveau toute séance devant aboutir à la ratification d’un nouveau gouvernement.

« Un gouvernement de cohabitation pour répondre à la crise politique actuelle », cette proposition du président de la Chambre basse, Gary Bodeau, suscite des réactions. 24 heures après la sortie du député de Delmas, Antonio Chéramy, sénateur de l’opposition sort ses griffes et désapprouve cette proposition. « Tout ti raketè k ap pale de kowabitasyon, se Jovenel ki voye yo ! », martèle l’élu de l’Ouest.

Proposer une cohabitation dans ce contexte, le parlementaire de l’opposition y voit une démarche manipulatrice, voire, une tentative de diversion. Pour Antonio Chéramy, aucune cohabitation n’est possible avec le président Jovenel Moïse. « Si la cohabitation entre ténèbres et lumière est impossible, plus besoin de demander à l’opposition de cohabiter avec un président accusé de corruption et de détournement de fonds public », déclare Don Kato.

Le chef de l’Etat doit démissionner et se mettre à la disposition de la justice, les sénateurs de l’opposition ne transigent pas. « Pour identifier les personnalités qui négocient les postes ministériels, les consultations autour de la formation du prochain gouvernement doivent être publiques », recommande Antonio Chéramy, qui lance une mise en garde aux acteurs politiques, particulièrement ceux de l’opposition.

Entretemps, au Sénat de la République comme à la Chambre des députés, la question de la mise en place du prochain gouvernement fait débat. Des discussions ou des négociations ont été déjà initiées, mais les sénateurs de l’opposition s’opposent à toute idée de séance de ratification d’un cabinet ministériel proposé par Jovenel Moïse.

Au Parlement comme dans les rues, l’opposition reste sur la corde raide, alors que le président Jovenel Moïse se lance dans une nouvelle tentative de dialogue, pour accoucher un nouveau cabinet. Un pays sans gouvernement depuis près de 4 mois, une crise économique qui bat son plein, une insécurité qui prend de l’ampleur, une crise alimentaire qui s’installe… la situation se complique et aucune solution ne se profile à l’horizon.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :