Mardi 23 Octobre, 2018

Post Matthew: 7 milliards HTG décaissés par le gouvernement Lafontant

Le président Jovenel Moise et le premier ministre Jack Guy Lafontant. Photo: Facebook/Présidence d'Haiti.

Le président Jovenel Moise et le premier ministre Jack Guy Lafontant. Photo: Facebook/Présidence d'Haiti.

Quand les parlementaires demandent des comptes. Hier mercredi 22 novembre, le premier ministre Jack Guy Lafontant, accompagné de quelques ministres et directeurs généraux, s’est présenté au sénat de la République pour passer le grand oral. Les questions à l’ordre du jour concernaient cette fois les dépenses effectuées et les projets réalisés dans le cadre de l’état d’urgence décrété sur quatre départements du pays (Sud, Sud-Est, Nippes, Grand’Anse, Nord-Ouest) en juin dernier dans le contexte post-Matthew.

S’il faut retenir quelque chose de cette séance placée sous le signe du contrôle parlementaire, c’est la révélation de M. Lafontant quant au montant déjà décaissé par son gouvernement. Selon le locataire de la Primature, son gouvernement a décaissé environs 7 milliards de gourdes (plus de $109 millions) durant cette période (allant de juin à novembre) pour l’ensemble de ses interventions de terrain. Toutefois, le chef du gouvernement se trouvait dans l’embarras face aux questions soulevées par les pères conscrits quant à la façon dont cette somme a été dépensée.

« Monsieur le président, vous allez recevoir un rapport détaillé non seulement des différentes activités mais surtout des dépenses», a promis le médecin devenu Premier ministre, cité par Le Nouvelliste. « Vous aurez un rapport ventilé des dépenses à la huitaine», a-t-il a ajouté.

« Voler au secours des gens touchés par l’ouragan Matthew en octobre 2016 et surtout régler le problème chronique de l’environnement », tels ont été les objectifs mis en avant par l’administration Moïse-Lafontant en adoptant l’état d’urgence en Conseil des ministres le 30 juin dernier à la faveur de deux résolutions votées par les sénateurs et les députés. Cette mesure exceptionnelle permet au gouvernement de passer des contrats et faire des dépenses plus rapidement en contournant certaines normes administratives et règles de passation de marché.

Face aux critiques formulées dès l'adoption de la décision, reprochée pour son retard -soit neuf mois après le passage de l’ouragan Matthew-, le secrétaire général du Conseil des ministres, Rénald Lubérice, a fait croire au Nouvelliste que le président Jovenel Moïse « était réticent à décréter cet état d’urgence » et juré que «  contrairement aux pratiques anciennes, il n’y aura pas de malversations pendant la période de l’état d’urgence ».