Mardi 25 Juin, 2019

Haïti-Pays lock : l'ONU cite « 41 personnes tuées et 100 blessées »

Michèle Bachelet, Haut Commissaire des Nations-Unies aux Droits de l'homme./Photo: UN News

Michèle Bachelet, Haut Commissaire des Nations-Unies aux Droits de l'homme./Photo: UN News

« 41 personnes ont été tuées et 100 blessées » lors des manifestations entamées dès 7 février par des membres de l’opposition et de la société civile pour exiger le départ de Jovenel Moïse et demander des comptes sur l’utilisation opaque des fonds Petrocaribe. Ces nouveaux chiffres sont communiqués, hier mercredi 6 mars, par Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations-Unies aux droits de l’homme, au cours de son intervention faite sur la tribune de l’ONU.

La cheffe des droits de l’homme à l’ONU a exprimé son inquiétude face à l’usage abusif de la force par les autorités policières de plusieurs pays où les populations manifestent contre la corruption, la mauvaise gestion des affaires de l’État et, par-dessus tout, la misère.

L’ancienne présidente du Chili, pays sud-américain où se concentrent des milliers d’Haïtiens fuyant la pauvreté dans leur pays, appelle à « promouvoir un dialogue constructif et assurer la reddition de comptes », y compris dans les cas présumés d’usage excessif de la force par la police.

Outre Haïti où la situation parait préoccupante en matière de violations de droits de l’homme, précisément au recours excessif de la force, Michelle Bachelet a aussi exigé des enquêtes approfondies sur les « Gilets jaunes » où le Khartoum (au Zimbabwe) où la police a eu recours à l’usage abusif de la force.

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :