Jeudi 9 Juillet, 2020

Onondieu Louis crie victoire, FJKL pense qu’il est trop tôt

Le sénateur Onondieu Louis

Le sénateur Onondieu Louis

Àprès la publication 4 octobre dernier de l’ordonnance du juge instructeur Jean Osner Petit-Papa, dans lequel le sénateur Onondieu Louis a été lavé de tous soupçons, ce dernier a évoqué un « triomphe du droit ». Ce lundi, la Fondasyon Je Klere qui a révélé l’affaire 27 août 2019, dénonce une "plaisanterie de mauvais goût" et requis des poursuites contre le sénateur et ses acolytes.

Fin août 2019, Onondieu Louis est accablé dans une affaire de blanchiment et détournement de fonds publics dans un rapport publié par la Fondasyon Je Klere. Quelques-uns de ses acolytes y sont aussi éclaboussés. 4 octobre dernier, le juge instructeur Jean Osner Petit-Papa a publié une ordonnance qui a blanchi de tout lien avec la corruption l’élu du département du Nord-Ouest.

L’affaire va vite. À peine quelques jours que la copie de l’ordonnance du juge Petit-Papa s’est révélé au grand public que FJKL a déjà riposté. Dans une note parue ce lundi, l’institution révélatrice de ce dossier qualifie de « plaisanterie de mauvais goût » le blanchiment du sénateur Onondieu Louis.

« Il ressort de ce qui précède que l’ordonnance du juge Jean Osner Petit-Papa relative au dossier de corruption au niveau du Sénat de la république est une farce, une plaisanterie de mauvais goût qui ne peut que salir l’image de la justice », peut-on lire dans la conclusion du document de huit pages. L'organisme qualifie l'action du juge « d’œuvre d’une grossièreté rare qui ne peut que salir, une fois encore, la justice haïtienne".

Dans les faits évoqués, FJKL prend le contre-pied de la manière de procéder du juge Petit-Papa. « Le juge confond […] les titres de poursuite et les faits de poursuite […] Il est donc saisi des faits et non des personnes. Il n’a donc pas instruit sur les faits relatifs à ces personnes laissant la porte ouverte à une nouvelle instruction contre ces personnes sur des faits qui pourtant lui étaient déférés et pour lesquels il a dit et déclaré n’avoir pas instruit », explique l’institution dans la partie Analyse de l’ordonnance.

Une nuance de taille qui a permis à FJKL de conclure que « le juge d’instruction a refusé d’instruire contre le sénateur et que ce dernier ne bénéficie ni d’ordonnance de non-lieu ni d’ordonnance de renvoi et qu’il le laisse encore dans les liens de la prévention ».

Ainsi, la FJKL appelle le commissaire du gouvernement à « engager les poursuites contre le sénateur Onondieu Louis, Ysmick Choute, son chef de cabinet, la dame Myrlande Georges, Secrétaire Générale adjointe aux affaires administratives du Sénat qui ne bénéficient ni d’ordonnance de non-lieu ni d’ordonnance de renvoi contre lesquels le juge n’a pas instruit ».

Lisez Ici le document de FJKL (en pdf).

 

Recevez gratuitement les dernières nouvelles d'Haïti et d'ailleurs directement sur votre téléphone en téléchargeant l'App de Loop News :